Les commentaires des lecteurs

Armand Lemonnier: « C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu tous les livres écrits par Bernard Charon. Non seulement, ils se lisent facilement mais présentent aussi l’avantage de resituer dans leur contexte les évènements relatés. Ils sont très bien documentés et, comme ancien professeur d’histoire-géographie, je ne peux que les recommander vivement pour leur qualité historique et littéraire ».

Dominique Binault : « Bernard Charon est tout ensemble, historien, pédagogue et conteur.

Dans ses livres rien qui ne soit démontré, prouvé. Mais le scientifique sérieux excelle à rendre la vie aux périodes et aux personnes qu’il étudie. Ses ouvrages précis et sobres sont passionnants. On rêve d’être l’élève d’un tel instituteur ».

Liliane Leroux : « L’ouvrage intitulé « Le Tréportais GILBERT TESTELIN, un policier en résistance » m’a permis de faire la connaissance de Bernard Charon.  Son livre est très bien écrit, clair, très documenté, très bien illustré et se lit aisément. Il relate avec précision et admirablement bien cette sombre période de notre Histoire.

 La Résistance, période terrible avec la déportation, la torture, infligées par l’ennemi, la mort rôdant sans cesse ; et malgré tout période exaltante lors de missions réussies et de vies sauvées.  Les nombreux documents et photos figurant dans cet ouvrage ne sont pas des montages, car les originaux existent réellement.

Bernard Charon a parfaitement ciblé le personnage mis à l’honneur dans son livre. Il s’agit de l’un de ces « héros de l’ombre » (policier de surcroît) qui de par sa modeste contribution dans la Résistance a participé à faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui, à savoir :  Des Français Libres.

Ouvrage très instructif à lire absolument, et je remercie vivement monsieur Charon d’avoir « mis au soleil » ces « héros de l’ombre » qui ont œuvré pour la Liberté, afin qu’ils ne deviennent à jamais des prisonniers de l’Oubli ».

Michel Bilon : « Historien à mes heures sur la ville du Tréport, j’ai fait connaissance de Bernard Charon lors de la conférence sur Rachel Salmona, donnée au collège du Tréport, puis au salon du livre de la ville d’Eu. Tréportais d’origine, des points communs se sont révélés, je me suis vivement intéressé à ses écrits et en particulier à ceux relatifs à la Seconde Guerre mondiale qui ont affecté ma petite enfance.

Bernard est un historien, il rapporte avec des propos méticuleux les faits vécus, mais c’est aussi un enseignant et pour comprendre son histoire il nous rappelle la « Grande » qui se déroulait en parallèle à la sienne. Il rafraîchit la mémoire de toutes et de tous, dans cette période que nous vivons et qui en a bien besoin »

René et Marguerite (76) / respectivement enseignant spécialisé et professeur d’histoire / :

Les ouvrages de Bernard Charon participent du devoir de mémoire lié aux manifestations fascistes de l’Allemagne nazie en Haute Normandie pour ce qui concerne la période de la seconde guerre mondiale. D’autres ouvrages permettent d’illustrer localement d’autres périodes de notre histoire telle la révolution française avec les cahiers de doléances ou des parcours plus personnels liés à des personnages locaux. Ces écrits sont très accessibles, clairs et très bien documentés. Ils ont la particularité d’évoquer des moments historiques proches géographiquement qui permettent d’illustrer des faits connus plus nationalement par les générations nouvelles.

Marie-José Van Gheluwe : «  Ce que je sais n’est rien en comparaison de tout ce qu’il me reste à apprendre« . Tels seraient les mots que pourrait vous dire Bernard Charon. D’une curiosité sans cesse plus vaste à l’égard de nombreuses recherches historiques, en particulier sur la deuxième guerre mondiale, Bernard Charon dans des Archives, cueille une phrase par-ci, une citation par-là, ou, découvrant des parcours de vie, a pu accumuler de formidable trésors de vérités historiques.

Et de toutes ses recherches qu’il a patiemment étudiées, il en a fait des livres joliment écrits et si intéressants qu’ils ont suscité de réels échos parmi de nombreux lecteurs et professeurs.

L’annonce d’un nouvel ouvrage est toujours accueillie avec impatience tant la passion de cet érudit est communicative ».

Victor Hugo l’européen

Discours de Victor HUGO au Congrès de la Paix de 1849 :
Un jour viendra où la guerre paraitra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres, entre Petersburg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et qu’elle paraitrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie. Un jour viendra où la France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne (…). Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d’un grand Sénat souverain qui sera à l’Europe ce que le Parlement est à l’Angleterre, ce que la Diète est à l’Allemagne, ce que l’Assemblée législative est à la France.

Source : Le Taurillon, Histoire du fédéralisme européen

En projet : La mort d’Isidore Bourgneuf

Nous sommes le 24 décembre 1890. Le petit Isidore Bourgneuf se met à subler (siffler) dans la classe de l’école congréganiste de Fercé, dans la Sarthe. La soeur Adèle Poulain met l’enfant dehors, tête nue, pendant une demi heure.  Ce jour-là, la neige est épaisse dans la cour de l’école et le froid est intense.

Le soir, Isidore en arrivant chez lui ne se sent pas très bien. Ses parents le couchent et tentent de le soigner. Quelques jours plus tard, son état s’étant aggravé, les parents font appel à un médecin qui diagnostique une double pneumonie.

Malgré les soins prodigués, Isidore meurt le 8 janvier 1891. Le médecin qui l’a examiné est formel : la mort est la conséquence directe de la punition infligée à Isidore par la soeur Poulain.

Le village va se partager en deux camps : les parents Bourgneuf, un adjoint au maire et deux autres personnes rédigent une lettre au Préfet pour lui faire part de l’événement. Le Maire et la quasi totalité de ses administrés envoient lettres et pétitions pour défendre la soeur Poulain, allant jusqu’à affirmer qu’Isidore était absent de l’école le 24 décembre.

L’Inspecteur d’Académie, M. Delépine, priera l’Inspecteur primaire de mener une enquête sur place. Il reviendra d’ailleurs une seconde fois.

Que s’était-il passé réellement ? Pourquoi certaines personnes exigeaient-elles le départ des congréganistes ? Une loi, votée le 30 octobre 1886, la loi Goblet, jouera un très grand rôle ici.

Qu’est devenue la soeur Poulain ? Et que sa passera-t-il ensuite à l’école de Fercé ?

Un livre, qui sera publié dans quelques mois, évoquera cette étrange affaire. M’appuyant sur des documents trouvés aux Archives de la Sarthe, je pourrai apporter des réponses aux questions posées, parler du renvoi des congrégations, de la laïcisation du personnel (Instituteurs-trices des écoles primaires), de la loi de Séparation des Églises et de l’État, de la laïcité….

A bientôt donc.

Bernard Charon

« Yes sir »… un article extrait de Jumièges-Infos-Seniors

Jumièges-Infos-Seniors

Jumièges-Infos-Seniors est le bulletin que publie l’Amicale des Retraités de Jumièges. Cette publication est, certes, modeste mais il répond à l’article des statuts qui définit les buts de l’association. Les quatre membres de l’équipe rédactionnelle essaient de répondre au mieux aux besoins des seniors. Ils tiennent également une rubrique parlant de l’histoire de Jumièges, surtout connue pour son abbaye : « La plus belle ruine de France » affirmait Victor Hugo.

Chaque numéro donne le compte rendu d’une interview réalisée près d’une personnalité : Christophe Bouillon, député, Pierrette Canu, conseillère départementale (jadis appelée conseillère générale), Catherine Morin-Desailly, sénatrice, le docteur Michel Bersin, jeune retraité, Line Bettencourt, professeure des écoles honoraires… dont l’interview sera publiée dans le n°6 dont la publication devrait avoir lieu début janvier 2019.

Voici ce qui paraîtra très prochainement :            

Dans notre précédent Jumièges-Infos-Seniors, nous avions donné le compte-rendu de l’interview du docteur Michel Bersin. La place manquait pour vous indiquer ce qu’il nous avait commenté concernant les virus et leur développement. L’un des rédacteurs a présenté cette histoire de Virus de façon… un peu humoristique :

« Yes, Sir ! »

Vous pensez être en compagnie des célèbres Tontons flingueurs ? Pas du tout ! Même si la célèbre réplique du majordome vous rappelle ce film culte. Vous ne le savez sans doute pas, mais sa très gracieuse Majesté m’a anobli, moi, le minable virus.

 J’étais à Londres, peut-être dans la City, lorsqu’est passé un personnage plutôt rondelet, un cigare au bec et une bouteille de vieux whisky à la main. L’homme m’a plu et je me suis agrippé à lui. Ne me demandez pas comment j’ai fait… car je l’ignore.

Winston Churchill m’a emmené chez la Reine et, fatigué par les rasades qu’il ne manquait pas de s’octroyer, usé par les bouffées de fumée que le Vieux Lion décochait aux passants, j’ai été contraint de choisir entre Élisabeth et lui. Une dame très distinguée et qui présente deux avantages qui m’ont subjugué : je ne l’ai jamais vue un cigare dans une main et une bouteille de whisky dans l’autre.

J’ai abandonné ce cher Winston et ai convolé en justes noces avec la Reine. En réalité, je me suis installé dans un vase afin de la contempler tout à loisir.

Tout le monde sait qu’elle est un peu radine. Savez-vous qu’elle a eu le toupet d’offrir une visite gratuite et commentée de ses appartements royaux à son personnel. Lesquels gens de maison avaient été contraints de faire des heures supplémentaires quand les appartements et la bibliothèque avaient failli être dévastés par un incendie. C’étaient là sa façon de les remercier !

J’ai observé la Reine pendant une quarantaine d’années. J’étais seul. Et après quarante années de séjour, devinez combien nous étions, dans le vase de Sèvres dont est très fière sa très gracieuse Majesté ?

Vous ne voyez pas ? J’étais toujours seul. Je m’ennuyais un peu. C’est le destin des virus que de subir le célibat.

Me reproduire ? Par scissiparité ? Je sais ce qu’est ce mode de reproduction mais je suis totalement incapable de réaliser cela. Quoi ? « Je suis intelligent ? ». Je le sais bien. On m’a toujours dit que j’avais un QI à faire pâlir de jalousie les « bac + 12 ».

Eh oui ! J’ai fait appel à mon intelligence… et j’ai trouvé un truc. Ne le répétez pas, ça pourrait m’attirer les foudres du Conseil de l’Ordre des Médecins français… Voilà ce que mon imagination délirante a concocté :

Mon premier : je suis allé me fourrer dans le gros intestin de sa très gracieuse majesté.

Mon deuxième : j’ai longuement observé autour de moi. J’ai vu passer du caviar, des caramels (La Reine a un faible pour les caramels mous !), des vins fins de Bordeaux et de Bourgogne (comme le château Grillet à 850 € la bouteille, et la Romanée-Conti… qui dépasse 10 000 € !). Jamais de cassoulet (elle a tort, c’est un régal) … mais il y a eu parfois des tripes à la mode de Caen (délicieuses)… Et du vacherin !

Tout cela pour entretenir ma forme.

Mon troisième : j’ai bien regardé les cellules, la plupart d’entre elles ne me disaient rien qui vaille. Mais, un jour…

Mon quatrième : j’ai vu arriver vers moi une gentille petite cellule. Un genre angelot ! Je me suis dit : vas-y mon garçon, saisis ta chance… Et je me suis insidieusement installé dans la pc (la petite cellule).

Mon cinquième : Ceux qui me connaissent savent que je n’ai pas ma langue dans ma poche. Et que, pendant 40 ans, à rester observer les grands de ce monde, j’ai beaucoup appris des diplomates. Mais non, pas les cigares de Winston ! Les di-plo-ma-tes !  Celles et ceux qui travaillent dans la diplomatie. J’ai commencé un grand discours et elle m’a écouté. Voici ce que je lui ai servi : « Belle cellule – oui, c’est flatteur – belle cellule, je suis installé chez toi, je ne suis pas bête du tout, mais j’ai un gros souci : je ne sais pas… me reproduire. Toi qui fabriques tout si vite et si bien, regarde comment je suis « échafaudé ». Tu as vu ? Essaie de fabriquer mon frère jumeau… »

Mon sixième : calmement, méthodiquement, elle a fait de moi un autre moi-même… et elle a réussi… Elle avait tout juste terminé… et la Reine avait 40 de fièvre.

Mon septième : ma petite cellule s’en est donnée à cœur joie. Ce n’est pas 1 virus qu’elle a fabriqué… mais des milliards. Car, quand elle est en route, elle a du mal à s’arrêter… Au point que mes frangins ont fait un tour dans Buckingham Palace… et que domestiques et patrons sont tous monté à 40°. Comme les 40 années passées avec ce brave Winston. Que de malades à soigner !

Allez savoir pourquoi, après une semaine d’activité, mes copains virus ont faibli, au point de devenir presque inoffensifs. Presque seulement… Il n’y a pas que Buckingham dans la vie !

Mon huitième : qui a soufflé à sa très gracieuse Majesté l’histoire de ma rencontre avec la petite cellule ? Elle a trouvé cela très romantique… et m’a anobli, au grand désespoir de l’entourage royal.

Je suis devenu Sir Virus.  Et j’ai transmis le récit de mon histoire abracadabrantesque… à tous mes copains virus.

Alors, si vous entendez « Yes Sir », vous penserez à moi.

Épilogue

L’Ordre des médecins n’a pas apprécié le fait que je sois ainsi distingué. La guerre est déclarée. J’ai appris que des chercheurs, impuissants à faire taire les virus, mais bien au courant du stratagème que j’avais utilisé pour être reproduit, tentent de trouver un moyen de barrer la route à tous les virus, anoblis ou non, qui essaieraient de s’installer à l’intérieur d’une petite cellule. Pas très drôle, cette idée !…

Vivrai-je assez longtemps pour entendre de nouveau « Yes sir » ?

Laïcisation de l’école de filles de Saint-Rémy-de-Sillé

St-REMY-de-SILLÉ-72-Ecole

Laïcisation de l’école de filles de Saint-Rémy-de-Sillé [Sarthe]

La lettre de l’Inspecteur primaire de Sillé-le-Guillaume à l’Inspecteur d’Académie

[3 septembre 1895]

Depuis le 30 octobre 1186, la loi Goblet s’appliquait dans les écoles de France. À Saint-Rémy-de-Sillé, en ce mois de septembre 1895, l’école de filles n’avait pas encore été laïcisée. Elle était loin d’être la seule dans ce département de la Sarthe. La lettre de l’Inspecteur primaire de Sillé-le-Guillaume à l’Inspecteur d’Académie, datée du 3 septembre 1895 nous dira pourquoi et quels auront été les obstacles qui empêchaient cette laïcisation.

« Monsieur l’Inspecteur,
J’ai l’honneur de vous transmettre les renseignements que vous m’avez demandés sur la situation de l’école de filles de la commune de Saint-Rémy-de-Sillé.
Conformément aux indications contenues dans mon précédent rapport je suis obligé de reconnaître que cette école est l’une des plus mauvaises de ma circonscription au double point de vue de l’organisation pédagogique et du progrès des études. La titulaire, malgré les efforts de l’Inspection n’a voulu tenter aucun effort. Non seulement, elle est incapable, mais encore d’une mauvaises volonté obstinée. Elle ne fait la classe que par intermittence sans aucune espèce de succès.

Les familles n’ont donc pas tort de s’alarmer de cette situation. Plusieurs pétitions ont été, m’a-t-on dit, adressées à M. le Préfet à ce sujet par des familles honorables.

J’ai vu à ce sujet M. le Maire de Saint-Rémy. M. Bourdin m’a déclaré que la question des sœurs avait été agitée au conseil municipal à la session d’août ; que plusieurs membres avaient nettement déclaré que les jeunes filles n’apprenaient rien, mais qu’aucun n’a voulu prendre l’initiative d’une démarche pour demander leur changement ; d’ailleurs le conseil est incomplet et chacun tient à rester en dehors de cette question.

 Depuis m’a ajouté M. le Maire, l’adjointe est venue me trouver pour l’informer que sa congrégation avait obtenu pour la rentrée de M. le Préfet et de M. l’Inspecteur d’académie, l’autorisation d’avoir une auxiliaire qui remplacerait la titulaire dans ses fonctions d’enseignement. Devant cette promesse, M. Bourdin n’a pas jugé de s’occuper « ni bien ni guère » de légaliser les signatures d’une pétition qui lui a été présentées parmi lesquelles figuraient les noms de trois conseillers municipaux. En somme je crois que le Maire de Saint-Rémy n’est pas un chaud partisan d’une laïcisation.

De mon côté, je continue à penser qu’il y a lieu de profiter de l’occasion favorable qui est offerte pour laïciser l’école de filles de St Rémy.

Veuillez agréer, etc.

L’Inspecteur, E. Robert

Une pétition des parents d’élèves

Le même jour, le Préfet de la Sarthe – plus exactement son chef de cabinet – transmettra « pour communication » à l’Inspecteur d’Académie, une lettre-pétition émanant d’habitants de la commune en question, sans aucun doute celle à laquelle l’Inspecteur faisait allusion – cf ci-dessus.

Cette pétition n’est pas datée. Elle a vraisemblablement été établie et signée en juillet- août 1995

« Monsieur le Préfet du département de la SartheVoici donc le texte complet de cette pétition :
Les soussignés cultivateurs et pères de jeunes filles fréquentant l’école congréganiste de cette commune ont l’honneur de vous exposer ce qui suit : « Depuis vingt années que les classes de jeunes filles sont dirigées par les Sœurs, elles n’ont jamais produit que des fruits secs et il ne peut en être autrement puisque le directrice bientôt septuagénaire, n’a jamais possédé aucun diplôme et ne saurait personnellement faire arriver un enfant au simple morceau de papier qu’on appelle « Certificat d’études [1]» aussi, Monsieur le Préfet, vous comprendrez combien il est regrettable pour nos pauvres enfants de perdre ainsi leur temps ; ce temps si cher et qui ne se retrouvera pas.

Ce n’est pas, Monsieur le Préfet, la première réclamation que nous faisons à ce sujet, et que nous demandons à grands cris une institutrice laïque, qui sera, nous en sommes assurés, à la hauteur de la mission mais nous avons toujours trouvé devant nous d’honnêtes gens, il est vrai, mais aimant trop « le bon vieux temps » aussi, nous nous sommes décidés cette fois de nous adresser directement au Chef du département, estimant que notre requête sera examinée avec attention et qu’après s’être rendu compte de la façon dont est donné l’enseignement dans cet établissement, Monsieur le Préfet n’hésitera pas à donner satisfaction aux nombreux pères de famille qui voudraient tous bien, que leurs enfants profiteraient des bienfaits de la République [sic].

Les soussignés prient Monsieur le Préfet de vouloir bien agréer leurs hommages les plus respectueux.

Suivent les signatures de : Auguste Desnoz, Tirot Pierre, Lebourdain, Ladurée, Paris, Sevin, P. Lefeuvre, Guéranger François, E. Corbin, P. Bamas [?], Goyant, Cochet, Foucault Constant, Guiet Julien, Ragat Louis, Louvière, A. Jupin, I ou J. Brault, E. Leguy, Ory, Charbonneau  François, Rondeau Joseph, Pattier, Tessier Isidore.

Après ces signatures, nous pouvons lire :

« Si Monsieur le Préfet ne trouve pas assez de signatures, nous le prions d’avoir la bonté de faire une enquête qui nous sommes certains sera favorable à notre demande et déterminera Monsieur le préfet à agréer notre pétition ».

Cette lettre-pétition, reçue par la Préfecture, aura sans aucun doute été envoyée à l’Inspecteur primaire de Sillé-le-Guillaume avec demande expresse de mener une enquête sur place.

Le 19 septembre, soit 19 jours après l’envoi de la lettre-pétition à l’Inspecteur d’Académie par la Préfecture, M. E. Robert – l’Inspecteur primaire de Sillé-le-Guillaume, donc, enverra un courrier à son supérieur hiérarchique.

L’avis de l’Inspecteur primaire :
Sillé, le 19 septembre 1895

L’Inspecteur primaire de Sillé-le-Guillaume à M. l’Inspecteur d’Académie

Monsieur l’Inspecteur,

J’ai l’honneur de vous retourner le dossier ci-joint relative [sic] à la nomination d’une auxiliaire à l’école congréganiste de Saint-Rémy.

Jusqu’ici ces sortes d’autorisation étaient accordées à des maîtresses congréganistes momentanément mises dans l’incapacité de remplir leurs fonctions par suite de maladies dûment constatées.

Or je ne sache pas que la titulaire de l’école des filles de Saint-Rémy soit malade. Elle est incapable, d’où les plaintes qui ont demandé son remplacement par une maîtresse laïque.

Conformément aux conclusions de mes précédents rapports, je ne puis donner un avis favorable à cette demande et je persiste à estimer qu’il y a lieu de laïciser l’établissement. Veuillez agréer, Monsieur l’Inspecteur, l’hommage de mon plus profond respect.

                                                                                            L’Inspecteur primaire : E. Robert

 Ainsi, la sœur Cordier était malade ou feignait de l’être, d’après M. Robert, l’inspecteur primaire. C’était cette maîtresse dont parlait les parents d’élèves dans leur lettre-pétition du [non datée, sans doute écrite en juillet ou août 1895]. Une congréganiste incapable d’être institutrice, non diplômée et qui avait été nommée là, à l’évidence, grâce à une lettre d’obédience.

Nouvelle lettre de l’Inspecteur primaire de Sillé-le-Guillaume, datée du 14 octobre 1895, à l’Inspecteur d’Académie :Le journaliste, Charles Deulin, n’appréciait guère le fait que l’on confiât des enfants à des religieuses, aussi pieuses et charitables fussent-elles, mais… ignorantes ! Rappelant que la lettre d’obédience est une « autorisation donnée, après un examen dérisoire, par les supérieures de communauté »…  ainsi que par les prélats. Et la sœur Cordier est une ignorante, comme le précisaient les parents d’élèves. Elle n’avait « jamais produit que des fruits secs », comme l’écrivaient les parents d’élèves.

On remarque que l’Inspecteur primaire a ajouté la mention : « confidentiel » en marge de la lettre qu’il aura envoyée ce 14 octobre 1895 à l’Inspecteur d’Académie du département de la Sarthe
On m’apprend que la titulaire de Saint-Rémy est dangereusement malade [2] et qu’une issue fatale est à prévoir dans quelques jours. Il y a donc lieu de surseoir soit à une laïcisation, soit à l’envoi d’une auxiliaire, au moins pour le moment [3].« Monsieur l’Inspecteur,

En cas d’une mort qui me paraît probable, une laïcisation s’impose et j’ai dû me préoccuper de cette question et voir si dans le personnel des institutrices de ma circonscription il s’en trouverait une capable de réussir à Saint-Rémy

Il faudrait dans cette commune une seconde mademoiselle Puissat, c’est à dire une maîtresse assez âgée, de mise modeste, laborieuse et dévouée pour relever la classe qui est totalement tombée.

Après examen, je ne vois mademoiselle Léger de Coulombiers [4] qui remplit les conditions. Voudra-t-elle accepter ce poste ? Je crois que oui, car cela la rapprocherait de Sillé, ou de Parennes [5] dont elle est originaire.

Vous devez avoir dans votre personnel des institutrices qui les valent peut-être et qui réussiraient aussi bien qu’elles. L’inconvénient est que ne les connaissant pas, il me serait difficile d’avoir sur elles la même influence que sur une que j’inspecte depuis plus de dix années. On pourrait toujours facilement remplacer mademoiselle Léger à Coulombiers.

À défaut de mademoiselle Léger, je ne vois que mademoiselle Gouin, adjointe à Sillé qui pourrait convenir à Saint-Rémy. C’est une jeune fille modeste, de tenue simple, une vraie institutrice de campagne. Elle est instruite, possède le brevet supérieur, [illisible…….] elle, sa sœur, elle est de plus énergique et bonne institutrice ; enfin elle me paraît remplir bien des conditions pour réussir – mais elle n’a que 24 ans. Peut-être penserez-vous qu’elle est trop jeune ?

On vous parlera peut-être de Mademoiselle Morin qui a exercé à Teunie. Cette maîtresse ne manque pas de qualités, mais son dévouement à Teunie n’a été que relatif et a été cause en partie de la décadence de son école.

Il faut à Saint-Rémy une institutrice qui maintienne l’effectif actuel et empêche les enfants de venir à Sillé où il existe deux écoles congréganistes privées, celle de l’Hospice et celle de la Pension. Je ne crois pas que mademoiselle Morin soit de taille à empêcher cette désertion.

Enfin, il pourrait se faire qu’on intriguât en faveur de mademoiselle Aubin, dévouée sœur de M. Aubin, instituteur actuel de Saint-Rémy. Je ne crois pas que ce choix fut convenable. Mademoiselle Aubin est maladive. De plus elle a déjà été dans le canton à Parennes. Enfin le voisinage de son frère ne serait pas pour lui attirer des sympathies. J’ai grand’ peur même qu’on ne découvre plus tard M. Aubin comme instigateur des pétitions faites pour demander le départ des sœurs. Ce qu’il y a de certain c’est que c’est l’un des amis de M. Aubin, Mr Ragot de la Fripière [6] qui s’est chargé de récolter les signatures et de les envoyer à la Préfecture.

J’ai cru de mon devoir, Monsieur l’Inspecteur, de vous faire connaître cette situation pour éclaircir votre religion au moment où vous prendrez une décision à ce sujet.

Veuillez agréer…                                                                             L’inspecteur, E. Robert »

Après voir lu ce courrier, nous comprenons bien les raisons pour lesquelles son rédacteur avait porté en marge la mention « confidentiel ».

Le 20 octobre suivant, l’Inspecteur annoncera le décès de la sœur Cordier :

« J’ai l’honneur de vous informer que madame Sœur Cordier, institutrice à Saint-Rémy-de-Sillé est décédée le 19 à une heure du soir.

Elle a été inhumée aujourd’hui ».

Lettre suivie d’un autre courrier :

« Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

J’ai le douloureux devoir de vous informer du décès de Sœur Antoinette Cordier en date du 19 courant.

Aussitôt que je serai prévenue de l’arrivée de la nouvelle Titulaire, je me retirerai. Mais je vous serais reconnaissante, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, de bien vouloir nous accorder un délai d’une quinzaine de jours, afin que nous ayons le temps de faire rentrer ce qu’on nous doit pour les objets classiques que nous avons fournis aux élèves.

            Veuillez agréer etc.

                                                                               Sœur Courqueux, Institutrice Adjointe »

Ainsi, grâce à cette lettre, nous apprenons :

  • que la sœur Cordier avait une adjointe, la sœur Courqueux.
  • que cette même sœur Courqueux déclare accepter de partir et de céder la place à une titulaire. On peut penser qu’elle savait, comme sa Congrégation, que l’école allait être laïcisée. Elle consentira à lui céder la place, demandant un petit délai pour récupérer ce qui a été prêté aux élèves.

Cette même sœur Courqueux recevra une lettre de l’Inspecteur d’académie, courrier daté du 28 octobre, soit 9 jours après la date du décès de la sœur Cordier. Le brouillon de ce courrier est classé dans les archives du Mans, parmi le dossier qui concerne la laïcisation des écoles de filles de la Sarthe :

 « Mme Sr Courqueux, Institutrice à St Rémy de Sillé

J’ai l’honneur de vous faire connaître que, par arrêté en date du 26 octobre courant, M. le Préfet a prononcé la laïcisation de l’école de filles de St Rémy de Sillé.

Cet arrêté aura effet à partir du 4 novembre prochain.

Je vous prie de vouloir bien tenir les locaux scolaires à la disposition de la nouvelle institutrice pour le 4 novembre.

Recevez… »

Quant à l’arrêté lui-même, il est bien présent dans le dossier de laïcisation des écoles de filles congréganistes de la Sarthe, dans le sous-dossier de Saint-Rémy-de-Sillé.

L’école de filles de Saint-Rémy-de-Sillé aura donc été laïcisée ! Un petit délai aura été accordé aux congréganistes, plus exactement à la sœur Courqueux, restée seule après le décès de sa consœur.

L’école congréganiste aura été laïcisée le 26 octobre 1896 mais l’arrêté ne sera entré en vigueur que le 4 novembre suivant.

[1]/ Le certificat d’études faisait l’objet d’un examen dans divers « centres » répartis dans les principales communes du département. J’ai souhaité retrouver la mention d’Alice Charon, sœur aînée de mon père Jean Charon. Selon ce dernier, elle avait réussi cet examen. Aux archives départementales de la Sarthe, où je suis allé en septembre 2016 et 2017, je n’ai pas retrouvé son nom mentionné dans les listes que j’ai eues sous les yeux. A-t-elle réellement obtenu ce « certif’ » ? C’est possible. J’ai constaté, en lisant ces listes de candidats qui mentionnent sir celui-ci a été admis ou non, que l’on pouvait passer ce certificat d’études dans un centre d’examen éloigné de sa commune. Par exemple, j’ai constaté que deux garçons du Mans ont été candidats à Saint-Calais et qu’au Mans, un centre d’examen avait été ouvert spécialement pour les enfants venus de la campagne.

Étant donné que les moyens de transport étaient limités, on peut penser que certaines familles, quelques jours avant la date du certif’, conduisaient la ou le candidat chez un parent proche d’un centre où ils l’avaient préalablement inscrit. Ce parent ayant la charge, dans sa charrette tirée par un cheval, d’amener la ou le candidat au petit matin au centre d’examen. Cette pratique était largement utilisée.

[2]/ Cette sœur Cordier était donc réellement malade, contrairement à ce que l’Inspecteur primaire avançait dans son précédent courrier. Aurait-elle été ébranlée par le fait que son incapacité à enseigner avait été signalée au Préfet par des parents d’élèves ? Avait-elle été victime de la tuberculose ? De la « phitise galopante » comme l’on disait dans ces années-là ?

[3]/ Au moment de la naissance de Jean – qui deviendra mon père – Marie Charon, épouse de Joseph Tollet, avait obtenu un congé de 15 jours sur production d’un certificat médical établi par le docteur Gigon de Saint-Calais. L’Inspecteur primaire, transmettant à l’Inspecteur d’Académie au Mans la lettre que Joseph avait écrite pour demander ce congé, accompagnée du certificat médical, avait pris soin de préciser à son supérieur hiérarchique qu’une suppléante, d’ailleurs expressément demandée par mon grand-père, était totalement inutile !

[4]/ Il ne s’agit pas d’une noble, mais d’une institutrice laïque qui enseignait alors à l’école de filles de Coulombiers, village situé dans le canton de Sillé-le-Guillaume.

[5]/ Parennes est également une commune sarthoise du canton de Sillé-le-Guillaume.

[6]/ La Fripière est un des hameaux de Saint-Rémy-de-Sillé.

état-civil du Tréport

État-civil au XVIIIe siècle

Intéressant de consulter l’état-civil de la première moitié du XVIIIe siècle du Tréport. Petit port de pêche de la Manche, à l’estuaire de la Bresle, petite rivière calme qui serpente des environs d’Aumale jusqu’à la mer, une rivière qui sépare la Normandie et de la Picardie.

Pour ce début du XVIIIe siècle, les tables qui récapitulent baptêmes, mariages et inhumations, ont été dressées en respectant l’ordre alphabétique… des prénoms. C’est ainsi que nous avons une très longue collection de « Jean ». Pas très pratique pour retrouver les ancêtres…

J’ai noté des mentions particulières et… étonnantes :

À la lettre N :

Noyé un homme inconnu
Noyé un garçon inconnu

À la lettre O :

Ondoyés à la maison et morts aussitôt

  • Un garçon à Jean Stalin, le 7
  • Un garçon à Jean Languerre, le 14

Ondoyé deux garçons
Ondoyé à la maison
Ondoyés et morts à la maison
Une fille de Charles Bette               13.
Un garçon de Jean Michel Carpentier       22
Un garçon de Jacques Olivier              23

 

À la lettre P

Plusieurs matelots noyés

À la lettre U

Un mort trouvé sur le sable

Vous connaissez le « 1 » ?

C’est un peu par hasard que j’ai découvert le « 1 ».

« A une époque où la presse écrite continue son déclin, il faut saluer ce nouveau magazine qui se lance courageusement à la recherche des lecteurs égarés sur la Toile ou déçus par l’offre actuelle. Lancée par Éric Fottorino, ancien directeur de la rédaction du Monde, cette publication tourne autour d’une thématique unique, cette semaine « La France fait-elle encore rêver ? ». Cette entrée en matière est signée par Serge Escale, sur Mediapart, et date déjà du 14 avril 2014.

Imaginez une feuille de 82 cm sur 61 cm, pliée en quatre, et qui aborde un thème unique ; En vrac, en voici quelques-uns : « Demain, tous à vélo ! », « Comment sauver les profs », « Esclavage, ça se passe près de chez vous », « Brésil, une démocratie en péril », « Plastique, peut-on vivre sans ? », « L’Amérique contre l’Amérique », « Collège des Bernardins, incubateur d’espérance », « Chanson française », « Le traité de Versailles, un nouveau monde », « Voyage en utopie », « La finance est-elle encore notre ennemie ? », « Iran, le grand chantage », « Comment faire renaître la gauche », « Macron contre Macron »,.

Un régal ! On en redemande. Je me suis abonné. Je prends cela comme un souffle frais qui arrive chaque semaine. Chacun des numéros donnent la parole à des spécialistes, des experts même, un dessinateur, une femme ou un homme de lettres, des personnes de terrain qui font une pause pour réfléchir à ce qu’ils réalisent quotidiennement.

Quelques citations tirées du 1 :

« Le phénomène Trump s’inscrit-il dans une tendance mondiale de montée du populisme réactionnaire ou diriez-vous, après deux ans de présidence, qu’il s’explique d’abord par des spécificités américaines ?

Dick Howard [1]: Les deux éléments sont compatibles. J’ai d’abord pensé que les institutions américaines résisteraient à la présidence Trump. Mais, après Charlottesville [ville de Virginie où, lors d’un rassemblement de suprémacistes blancs, le 12 août 2017, un néonazi a foncé avec son véhicule sur des contre-manifestants, tuant une jeune femme et blessant plusieurs personnes] et, au vu de la réaction de Trump [qui a renvoyé les deux camps dos à dos], j’ai recommencé à croire au retour du filon raciste dans la politique américaine. Il ne faut pas oublier que Trump est le premier Président des États-Unis élu d’abord pour être un blanc qui défend les blancs. Mais, au-delà du racisme, il existe un catalyseur encore plus important, c’est la puissance du ressentiment. On le constate aujourd’hui au Brésil et dans de nombreux autres pays. En fin de compte, Trump s’inscrit avant tout dans une tendance mondiale ».

« Trump a-t-il une influence réelle sur le système économique ?

Daniel Cohen [2] : « On l’a vu dans le passage du livre Fear de Bob Woodward où son conseiller économique dit avoir soustrait à la signature du président des mesures qu’il estimait dangereuses pour l’économie américaine dans un Traité avec la Corée du Sud sans que Trump s’en rende compte. Trump est à lui tout seul, un facteur de risques majeurs. Il se fâche avec les Européens qui sont ses alliés, il se retire du traité de libre-échange pacifique, offrant un boulevard à la Chine, il explique à Apple qu’elle devrait fabriquer ses iPhones aux États-Unis sans voir que cela triplerait le coût de production et tuerait la marque… Il a été élu à la faveur d’un retour de bâton de la vague libérale des années 1980 et 1990. Il est devenu le porte-parole d’une nouvelle doctrine antilibérale. L’Amérique doit certes soigner de nombreuses blessures nées de la période antérieur, notamment l’explosion des inégalités. Mais on a du mal à saisir comment Trump entend le faire autrement qu’en paroles »

Dans le 1 « Voyage en utopies », Julien Bisson [3] écrit notamment dans le chapitre « Un cauchemar nommé progrès » :  « Avec la réalisation, progressive, des projets politiques des Lumières, va s’ouvrir une nouvelle ère : les terres lointaines ont été visitées, les dragons et les licornes ont disparu, les cités d’or de Cibola, de Xanadu, l’île d’Avalon ou le royaume du prêtre Jean n’ont jamais été trouvés. Avec l’exploration méthodique, scientifique du monde, c’est une part de l’imaginaire utopique qui est vidé de son sens (…).

Aux utopies statiques conçues jusque-là, utopies d’un monde exemplaire et éternel, vont alors succéder des utopies dynamiques, qui se nourrissent du progrès en marche pour formuler des aspirations nouvelles, plus fonctionnelles : mobilité, instruction, hygiénisme, féminisme ou fraternité des peuples sont autant de moteurs qui cahotent parfois mais vrombissent souvent au cours du XIXe siècle (…)

Il faut dire que l’époque apprend à se méfier des utopies politiques globales, dont on commence à pressentir le caractère totalitaire. Le rêve d’un monde nouveau se heurte à la réalité de son application, dès lors que les instruments modernes permettent la planification et l’éradication des éléments imparfaits.

Et de citer l’eugénisme comme exemple : « L’hygiénisme mènent ainsi bientôt à l’eugénisme, défendu comme un projet de civilisation dans la moitié des États-Unis au tournant du XXe siècle, et jusqu’à Winston Churchill, Theodore Roosevelt et H.G. Wells – avant que le nazisme n’en soit l’apogée monstrueuse. Le rêve d’une éducation des peuples va laisser la place à la crainte de lavage de cerveaux (…) ».

Pour Noël, le 1 propose un abonnement de 12 mois pour 76 €.  Vous recevrez 49 numéros, 4 hors-série et aurez accès aux archives en ligne. Pour plus de renseignements, plusieurs possibilités : aller sur le site Internet www.le1hebdo.fr, acheter le n° de la semaine du 1 chez votre marchand de journaux, ou écrire : Le 1, 24 rue Saint-Lazare, 75009 Paris.

Jumièges, le 20 octobre 2018,

Bernard Charon

[1] / Dick Howard est professeur de philosophie honoraire à l’Université d’Etat de New-York. Spécialiste des idées politiques, auteur de Les Ombres de l’Amérique, de Kennedy à Trump, paru en français chez François Bourin Éditeur.

[2] / Daniel Cohen est économiste. Il dirige le département d’économie de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il est aussi auteur de nombreux ouvrages, comme Il faut dire que les temps ont changé ou Chronique (fiévreuse) d’une mutation qui inquiète (Albin Michel, 2018)

[3] / Julien Bisson est journaliste et rédacteur en chef du 1 et de la revue América.

Marie Tollet, ma grand-mère paternelle, institutrice dans la Sarthe, de 1876 à 1904, Laïcité et loi de séparation des Églises et de l’État.

À Marie, ma grand-mère institutrice, morte à la tâche le 20 mars 1904

  • À Joseph, mon grand-père, que je n’ai pas connu

  • À Jean, mon père, disparu en 1970

  • À Suzanne, ma mère, disparue en 1976

qui tous deux ont accompagné mon souhait de devenir instituteur

  • À Odile, mon épouse, institutrice elle aussi
  • À mes enfants et petits-enfants
  • À Jean, dont l’expérience et le soutien m’ont été précieux

  • Aux Sarthois que j’ai eu le plaisir de rencontrer lors de mes périples dans ce département : Maires, Secrétaires de Mairies, historiens locaux, archivistes et… amis [e]s.

  • À la mémoire de Nicolas de Condorcet, Jules Ferry, Paul Bert, Ferdinand Buisson et de tous les « hussards noirs de la République »

  • En hommage à Célestin Freinet, éducateur et inventeur de techniques pédagogiques offrant, à travers la créativité, une liberté d’expression à tous les enfants. Et qui a fondé l’Institut coopératif de l’École moderne et la Coopérative de l’Enseignement laïc

  • Et à tous ceux qui ont œuvré pour que l’école de la République ait le devoir et l’honneur d’accueillir tous les enfants, sans exception et sans distinction de classe, d’origine, de religion ou non, et de nationalité.

 

Préface

 

Ma grand-mère paternelle aura été institutrice dans la Sarthe à compter du 13 décembre 1875. Marie Tollet épousera Joseph Charon. Le couple aura un premier enfant, une fille, Jeanne, qui ne vivra qu’une dizaine de jours.

Marie devra faire face courageusement à l’adversité. Résumons-là :

  • le décès de Jeanne, leur premier enfant
  • l’alcoolisme de mon grand-père, qui a sans doute commencé au décès de Jeanne.
  • les dettes accumulées par Joseph : un rapport d’inspection en fait état.
  • De très grandes difficultés professionnelles : Marie est institutrice communale puis publique. Elle exerce dans l’école de la République. Dans des salles de classe quasi déserte. Ici, elle a 12 inscrits et le jour de l’inspection, 7 élèves sont absents. Là, elle a, face à son école, un établissement privé, tenu par des religieuses.
  • Elle ne sera pas la seule, loin s’en faut, à constater que d’importantes pressions morales atteindront les milieux paysans où elle vivait afin que leurs enfants, filles comme garçons, se détournent de l’école publique. Grâce aux archives et aux témoignages, nous savons que les curés et vicaires menaçaient les parents s’ils n’envoyaient pas leur progéniture à l’école des frères ou des sœurs. S’ils s’avisaient de les inscrire à l »‘école  du diable », comme ils disaient, ils seraient privés de confession, de communion et des derniers sacrements.
  • Dans l’établissement confessionnel dont je parlais plus haut, on compte 2 classes qui rassemblent 7 fois plus d’élèves qu’à l’école laïque. La pression exercée par l’Inspecteur primaire et l’Inspecteur académique est telle que Marie recevra de sévères remontrances envoyées par M. Delépine, Inspecteur d’Académie au Mans. Démoralisée, elle sera contrainte de se justifier. Les arguments n’auront guère de portée.
  • Il faudra, contre vent et marées, mettre en place l’école publique en montrant que la qualité de l’enseignement dispensé atteint positivement municipalités et populations. Il était obligatoire de montrer aux parents d’élèves et aux élus locaux que l’école de la République était la meilleure.
  • Chaque commune devra attribuer un logement décent aux maîtres et maîtresses. Le Maire et le Conseil municipal, généralement, dédaigneront l’école et se moqueront totalement des obligations qui seront les leurs. Un logement ? Trop souvent des taudis, dégoulinant d’humidité.
  • Le couple aura une seconde fille, Alice. Cette dernière, atteinte de tuberculose, mourra à l’âge de 16 ans. Un nouveau revers familial pour Marie, auquel s’ajoutera l’alcoolisme de Joseph, son mari, qui ira en augmentant.
  • Puis, le 4 octobre 1891, naîtra Jean, toujours appelé Albert, son second prénom. Mon père ne m’a jamais parlé de Jeanne. A-t-il su qu’une sœur était née et décédée une décennie plus tôt ?
  • Marie verra sa santé se dégrader. Jusqu’à sa mort le 20 mars 1904, à Marolles-lès-Saint-Calais

Une vie surtout marquée par une longue série de difficultés. Y compris une rupture avec sa mère. Une vie bien difficile et une disparition trop tôt arrivée : celui qui allait devenir mon père avait alors 12 ans.

Institutrice publique

Marie est institutrice à Saint-Georges-de-la-Couée. Elle veut retirer son fils Albert – ce sera mon père – de l’école de garçons, et le scolariser dans l’école de filles dont elle a la charge. Mais indiquera-t-elle la véritable raison qui l’incitera à rédiger cette demande ? Mon père, Jean Charon – appelé ici Albert, son second prénom – m’avait parlé de ce courrier et des circonstances qui avait conduit sa maman à effectuer une demande le concernant à l’Inspecteur d’Académie.

Mon père m’avait dit : »Ma mère était pieuse. M. Gautier, son collègue instituteur de l’École de garçons, ne supportait pas que sa collègue fréquentât l’église de Saint-Georges-de-la-Couée [1] ».

Pourtant, Marie Charon entendait dans celle-ci des propos outrageants tant à l’égard de son école publique qu’au sien. À plusieurs reprises, le curé la montrera du doigt : « Regardez la fille du diable d’une école sans Dieu ! Honte à vous si vous retirez vos enfants de nos écoles chrétiennes pour les placer dans ces établissements. Ils ont chassé Dieu. Honte à eux, honte à cette fille du diable ! [2]».

Ce devait être très difficile à supporter. Elle ne sera pas la seule, parmi les hussards noirs de la République, à entendre de tels propos. Ils seront pris en tenailles entre leurs pratiques religieuses et la pression que certaines autorités de l’Instruction publique exerceront sur eux pour bâtir l’école de la République qui venait de naître.

Comme la laïcité était mal comprise, par les uns comme par les autres, il était souvent plus facile pour un instituteur agnostique, voire un humaniste athée, d’exercer dans une classe de campagne ou de ville, que pour ces personnes qui ne voulaient en aucun cas oublier leur foi et renoncer à une pratique religieuse.

Certains choisiront d’aller à l’Office très tôt le dimanche matin. D’autres exerceront leurs pratiques dans un village voisin. Marie choisira la première solution et, chaque semaine, dès potron-minet, elle sera présentera dans l’église de Saint-Georges pour la messe dominicaleLe 28 mars 1882, Jules Ferry aura fait voter la loi qui établira « l’obligation et la laïcité de l’enseignement primaire ». Le 9 décembre 1905, sera votée la « Loi de Séparation des Églises et de l’État », dont voici les deux premiers articles :

1 : «La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes, sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public ».

2 : « La République ne reconnaît [3], ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du Ier janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimés des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes ».

Mon père, comme tous les garçons du village, fréquentera l’école de garçons, que dirigera M. Gautier, aux alentours de l’année 1900. « L’instituteur, m’avait-il dit, ne manquera jamais une occasion pour me faire subir des brimades, de me punir, parce que ma mère allait à l’église. J’avais droit à des réflexions déplaisantes devant toute la classe. Et je travaillais peu … Alors, ma mère écrira à l’Inspecteur d’académie pour lui demander l’autorisation de prendre son fils dans son école de filles », me confiera-t-il un jour…

Le contenu de la lettre

Bien entendu, Marie Charon ne pourra pas révéler la véritable raison qui l’incitait à effectuer cette demande. Elle ne pratiquait pas la délation. Mais l’inspecteur primaire était au courant du différend qui opposait les Charon et les Gautier. Et il le mentionnera en haut à gauche de la lettre de Marie, avant de transmettre ce courrier à l’Inspecteur d’académie :

« Je crois bon de vous rappeler que les ménages Charron [sic] et Gautier sont en froid ».

Mon père m’avait informé de l’existence de cette lettre. J’aurai la surprise et le plaisir de la découvrir dans le dossier professionnel de ma grand-mère. La demande de Marie datait du 7 septembre 1902. Mes grands-parents avaient eu la douleur de voir leur fille Alice disparaître à tout jamais un mois et demi plus tôt, à Saint-Georges-de-la-Couée même.

[1]/  Le 1er juillet 1901, Waldeck-Rousseau, président du Conseil fera voter une loi sur les associations [elle est, encore de nos jours, bien connue de tous les créateurs d’associations sans but lucratif]. Cette loi établit la liberté d’association. L’article 13 stipule une exception pour les congrégations religieuses : elles doivent obtenir une autorisation préalable. Cette loi a le souci de restaurer la préséance de l’État, succédant à plusieurs décennies durant lesquelles l’État a été complaisant à l’égard des institutions ecclésiastiques. La loi sera d’abord  appliquée de façon libérale. En janvier 1902, le Conseil d’État stipulera que l’autorisation préalable était désormais exigible pour toute école où enseigne des congréganistes, voire un seul.

Émile Combes succédera à Waldeck-Rousseau à la présidence du Conseil. Il adresse une circulaire aux préfets le 20 juin 1902 : «Votre devoir vous commande de réserver les faveurs dont vous disposez seulement à ceux de vos administrés qui ont donné des preuves non équivoques de fidélité aux institutions républicaines. Je me suis mis d’accord avec mes collègues du cabinet pour qu’aucune nomination, qu’aucun avancement de fonctionnaire appartenant à votre département ne se produise sans que vous ayez été au préalable consulté».

Combes fera alors fermer plus de 2 500 écoles religieuses… en quelques jours. Le 7 juillet 1904, il fera voter une nouvelle loi qui interdira d’enseignement les prêtres des congrégations.

Le général Louis André, ministre de la Guerre cherchera à favoriser l’avancement des officiers républicains anticléricaux. Il lancera une enquête interne sur les opinions et pratiques religieuses des gradés : « Vont-ils à la messe? Ont-ils envoyé leurs enfants dans des écoles catholiques ? » . Près de 20 000 fiches seront établies par les francs-maçons du Grand Orient de France, ceux qui luttaient farouchement contre l’Église. Un bureau des fiches sera chargé des vérifications.

La campagne des fiches retardera l’avancement d’officiers compétents, certes, mais jugés trop proches de l’Église, [Exemple : Foch ! Son frère était frère Jésuite ! Inadmissible aux yeux du général André]. Des officiers républicains, athées et… incompétents seront promus et obtiendront d’importantes fonctions militaires. Les conséquences en seront désastreuses lors des premiers combats de la Grande Guerre, dès 1914.

L’« affaire des fiches » sera mise au grand jour ven octobre 1904 par la presse conservatrice. S’ensuivra un scandale à la Chambre des députés. Le ministre André, giflé par un député, sera contraint de démissionner ainsi que, peu après, le gouvernement Combes .

[2]/ Ces paroles peuvent surprendre, paraître même exagérées. Compte-tenu des documents trouvés aux archives départementale de la Sarthe [lettres, circulaires, pétitions, rapports, journaux locaux, bulletins paroissiaux], je suis formel : ces paroles correspondent à une réalité difficilement vécue par les uns et les autres. Des documents écrits, librement accessibles aux archives du département de la Sarthe, nous révèlent les excès de langage et la dureté des propos tenus ou écrits par certains ecclésiastiques. L’un d’eux, par exemple, ayant annoncé qu’ils refuserait la communion à tous les enfants inscrits dans l’école sans Dieu.

[3] ) – Qu’est-ce que la non reconnaissance des cultes ? Ce n’est pas dire : « Nous les ignorons » ou « Les cultes n’existent pas ». Pour comprendre, il faut revenir à l’époque du Concordat  de 1801. Il reconnaît que la religion catholique est celle « de la grande majorité des Français » (non pas celle de l’État). Les autres religions ne sont pas reconnues. Le catholicisme est « reconnu » dans le système concordataire et considéré comme une religion quasi-officielle. Après le vote de cette loi dite de Séparation, le catholicisme perd cette reconnaissance. Ce la ne signifie nullement que l’État ignore l’existence d’une religion ou d’une autre, ou de la non croyance. L’État refuse désormais de donner un statut particulier à tel culte.

à suivre…

1912 : Suzanne Fromencourt et les parents de Paul Paray.

Le Tréport : rue de la Batterie, le magasin des parents de Paul Paray

Ma mère, Suzanne Fromencourt, a noté l’année au dos du cliché : 1912. Elle avait donc 12 ans ou allait les avoir : elle était née le 17 juillet 1900 à Hodeng-au-Bosc. Elle a d’ailleurs indiqué son prénom sur le cliché (ce que je regrette un peu). On peut penser que les deux personnes à gauche derrière elle sont Auguste Paray et son épouse Hortense (Hortence sur son acte de naissance) née Picard, fille de la « veuve Picard » née Séry, personnage haut en couleur qui tenait un café « A la veuve Picard » où elle accueillait des matelots. Elle y faisait régner l’ordre. Pas de paroles grossières, pas de chansons gaillardes. Elle n’hésitait pas, paraît-il, à taper sur la table du plat de la main si elle percevait quelque écart de langage ou de conduite.

 

Dans leur magasin, les Paray vendaient les objets en ivoire réalisés par Auguste, et les classiques « souvenirs » commercialisés dans toutes les stations balnéaires. C’était un petit bazar en quelque sorte.

 

Les Paray ont traversé la rue pour s’installer à l’hôtel des Bains et de France. Dans cet hôtel-restaurant, Auguste s’occupait des comptes, de l’accueil de la clientèle, des achats et du choix des vins. Il composait de la musique. Il tenait l’orgue de l’église Saint-Jacques du Tréport. Il est l’auteur et compositeur du chant « Ô mon Tréport ».

 

Quant à Hortense, elle dirigeait le personnel et les cuisines, n’hésitant pas à mettre la main à la pâte.

 

A cette époque, les officiers-marins, venus notamment du Royaume uni, étaient nombreux dans l’établissement des Paray.  Ils « apportaient la fièvre typhoïde » m’a précisé Suzanne. Hortence Paray récupérait les restes des repas de clients dans les assiettes de ces derniers et en faisait des boulettes… cela servait de repas pour le « personnel ». Suzanne a contracté la typhoïde. Soignée par les religieuses du Tréport – les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul – elle leur doit d’être restée en vie.

 

« J’ai été malade très longtemps, m’avait-elle précisé, j’étais au bord de la mort. Les religieuses ont déposé quelques gouttes de champagne à l’aide d’une petite cuillère, sur mes lèvres ». Le vin médecin ?  « Je m’en suis tirée très difficilement, a-t-elle ajouté. Et j’ai guéri, mais il a fallu un certain temps pour me rétablir. Bien entendu, je ne suis pas retournée chez les Paray. Plus tard, j’ai travaillé comme femme de chambre chez les Desjonquères, le patron de la Verrerie ».

 

J’ai lu – dans une biographie de Paul Paray, me semble-t-il écrite par l’une de ses filles – qu’Hortence – à l’instar de sa mère – était redoutée par la clientèle, notamment par les officiers anglais. A l‘Hôtel des Bains et de France, on n’acceptait pas les couples dits illégitimes. Il ne s’agissait pas de sortir le soir au-delà d’une heure précise. Hortence les rappelait à l’ordre.

 

Par dérision, les Tréportais parlaient de l’Hôtel du Sacré-Cœur.

 

Ma mère se souvenait bien de Paul : « Il jouait merveilleusement bien du piano » m’avait-elle dit. Mais elle ne m’a jamais parlé de son prix de Rome. Détail amusant : la dernière sœur de ma mère, Geneviève, décédée en 2011, avait épousé Lucien Picard, fils de Joseph Picard, coiffeur tréportais, rue de l’Anguainerie, qui affirmait : « nous sommes des petits cousins de Paul Paray » .

 

C’est désormais vérifié. Un certain Jean François Théry PICARD – qui a vécu entre 1760 et 1820 (à peu près) – s’est marié 3 fois. Joseph PICARD descendait du Ier lit et Hortence du 3ème.

 

Bernard Charon

Prix et conditions de vente

Le ou les livres sera (seront) envoyé (s) par voie postale. Il est donc important de communiquer une adresse précise.

  • Ce sera à vous de le calculer  en tenant compte des données suivantes Poids des livres : Jumièges (180 g), Un Américain (230 g), Russe blanc (135 g), Rachel (420 g).                                                                  Pour 2019, voici le prix des timbres selon le poids : (jusqu’à) 250 g : 3,52 €, 500 g : 5,28 €, 3000 g : 7,04 €.
  • Chèque à ordre de    Bernard Charon
  • Attention : Les livres peuvent être retirés à mon domicile, 1832 rue du moulin, 76480 Jumièges. Il est indispensable de me téléphoner afin de vous assurer de ma présence : 02 35 37 25 89. Bien entendu, dans ce cas,  il n’y a pas de frais de port à régler.
  • Pas de frais de port également pour les habitants des ex-cantons de Duclair et de Caudebec-en-Caux. Et pour les communes de Villers-Ecalles, Barentin, Pavilly, Roumare, La Bouille, Sahurs, Caumont et Bourg-Achard.  Le ou les livre (s) commandé (s) sera (ront) déposé (s) au domicile de l’acheteur.
  • Lieux de dépôt de mes livres :
    • Un dépôt de mes livres est organisé près d’Yvetot, chez Anne et Jean Thépaut, 13 rue des écureuils, 76190 Sainte-Marie-des-Champs, tél : 02 35 95 51 11. Près du Tréport, Eu, Mers-les-Bains, Criel, Blangy-sur-Bresle, Gamaches :  chez Bruno Charon, 46 rue du Tost, 76260  Baromesnil, tél. 02 35 84 82 29. Près de Duclair, Le Trait, Rives-en-Seine (Caudebec-en-Caux, Saint-Wandrille)  : chez Bernard Charon, 1832 rue du moulin, 76480 Jumièges, tél : 02 35 37 25 89, Chez Geneviève et Sylves Lamiaux, 105 route de Yerville, 76760 Ancretiéville-Saint-Victor, tél. 02 35 96 81 71
    • Attention : il est indispensable de téléphoner au préalable à la personne chez qui vous souhaitez retirer l’un de mes livres, afin de vous assurer qu’elle sera bien présente lors de votre venue. Vous pourrez lui remettre votre chèque (libellé à mon nom) ou régler l’achat en numéraires (espèces).
    •  Pour les commerçants revendeurs (libraires, offices de tourisme, espaces culturels etc.), des conditions particulières sont prévues. Me contacter (tél. ci-dessus).
  • Pour les établissements d’enseignement (coopératives scolaires, enseignants) des conditions particulières seront accordées. Me consulter par téléphone.
  • Vous pouvez acheter mes livres aux points de vente suivants : Office du Tourisme de Jumièges, épicerie de Jumièges, boulangerie de Yainville, les « Quatre Saisons » au Trait, la Maison de la Presse à Duclair, la librairie la Buissonnière à Yvetot, la librairie l’Encre marine, à Eu, la Maison de la Presse à Eu, l’Office du Tourisme du Tréport, la librairie de l’Espace culturel Leclerc à Etalondes, la Maison de la Presse du Tréport.

                                                                                                        Bernard Charon

Remarque : Chacun de mes livres a fait l’objet d’un dépôt légal et a son n° ISBN. Je ne suis pas assujetti à la TVA.