Prix et conditions de vente

Le ou les livres sera (seront) envoyé (s) par voie postale. Il est donc important de communiquer une adresse précise.

  • Ce sera à vous de le calculer  en tenant compte des données suivantes Poids des livres : Jumièges (180 g), Un Américain (230 g), Russe blanc (135 g), Rachel (420 g).                                                                  Pour 2019, voici le prix des timbres selon le poids : (jusqu’à) 250 g : 3,52 €, 500 g : 5,28 €, 3000 g : 7,04 €.
  • Chèque à ordre de    Bernard Charon
  • Attention : Les livres peuvent être retirés à mon domicile, 1832 rue du moulin, 76480 Jumièges. Il est indispensable de me téléphoner afin de vous assurer de ma présence : 02 35 37 25 89. Bien entendu, dans ce cas,  il n’y a pas de frais de port à régler.
  • Pas de frais de port également pour les habitants des ex-cantons de Duclair et de Caudebec-en-Caux. Et pour les communes de Villers-Ecalles, Barentin, Pavilly, Roumare, La Bouille, Sahurs, Caumont et Bourg-Achard.  Le ou les livre (s) commandé (s) sera (ront) déposé (s) au domicile de l’acheteur.
  • Lieux de dépôt de mes livres :
    • Un dépôt de mes livres est organisé près d’Yvetot, chez Anne et Jean Thépaut, 13 rue des écureuils, 76190 Sainte-Marie-des-Champs, tél : 02 35 95 51 11. Près du Tréport, Eu, Mers-les-Bains, Criel, Blangy-sur-Bresle, Gamaches :  chez Bruno Charon, 46 rue du Tost, 76260  Baromesnil, tél. 02 35 84 82 29. Près de Duclair, Le Trait, Rives-en-Seine (Caudebec-en-Caux, Saint-Wandrille)  : chez Bernard Charon, 1832 rue du moulin, 76480 Jumièges, tél : 02 35 37 25 89, Chez Geneviève et Sylves Lamiaux, 105 route de Yerville, 76760 Ancretiéville-Saint-Victor, tél. 02 35 96 81 71
    • Attention : il est indispensable de téléphoner au préalable à la personne chez qui vous souhaitez retirer l’un de mes livres, afin de vous assurer qu’elle sera bien présente lors de votre venue. Vous pourrez lui remettre votre chèque (libellé à mon nom) ou régler l’achat en numéraires (espèces).
    •  Pour les commerçants revendeurs (libraires, offices de tourisme, espaces culturels etc.), des conditions particulières sont prévues. Me contacter (tél. ci-dessus).
  • Pour les établissements d’enseignement (coopératives scolaires, enseignants) des conditions particulières seront accordées. Me consulter par téléphone.
  • Vous pouvez acheter mes livres aux points de vente suivants : Office du Tourisme de Jumièges, épicerie de Jumièges, boulangerie de Yainville, les « Quatre Saisons » au Trait, la Maison de la Presse à Duclair, la librairie la Buissonnière à Yvetot, la librairie l’Encre marine, à Eu, la Maison de la Presse à Eu, l’Office du Tourisme du Tréport, la librairie de l’Espace culturel Leclerc à Etalondes, la Maison de la Presse du Tréport.

                                                                                                        Bernard Charon

Remarque : Chacun de mes livres a fait l’objet d’un dépôt légal et a son n° ISBN. Je ne suis pas assujetti à la TVA.

 


Les Justes

4158 Justes parmi les Nations ont été honorés à ce jour par Yad Vashem France et 22 211 dans le monde (au 1er janvier 2008). Ils ont sauvé des personnes juives persécutées par le régime nazi et le gouvernement de Vichy.

75 % des Juifs en France furent sauvés durant la Seconde Guerre mondiale. Dans de nombreuses communes de France, des stèles ou des plaques rendent hommage aux personnes qui ont sauvé les persécutés et le Mur des Justes honore tous ceux qui sont reconnus par Yad Vashem.

Une association, l’AJPN ,raconte ce qu’ils ont fait, rendant ainsi un hommage vivant à leurs actions, bien que tous pensent n’avoir rien fait d’autre que leur devoir, alors qu’ils ont su résister aux lois du gouvernement de Vichy.

AJPN : Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie en France. Cette association (loi 1901) a été contrainte de prononcer sa propre dissolution car les dirigeants, trop peu épaulés, avaient cumulé 6 mois de retard dans les réponses qu’ils faisaient aux très nombreuses questions posées, notamment par des familles juives, des membres de l’enseignement et des chercheurs.

Ce qu’elle avait réalisé a été repris par diverses associations. En ce qui concerne leur site, très riche en informations, il subsiste et est donc accessible sur Internet.

De très nombreux « visiteurs » le consultaient chaque jour, gratuitement. Peu ont  songé à faire parvenir un petit don à l’AJPN. Par ailleurs, les Collectivités locales, à de très rares exceptions, ont apporté une subvention, même modeste.

Je signale particulièrement la magnifique exposition L’enfant cachée.

L’État français honore ses Justes. Sous l’impulsion de M. Jacques Chirac en 2007, en les faisant entrer au Panthéon, parmi les Grands Hommes qui ont fait la France.

Des femmes et des hommes ont parfois, pendant la Seconde Guerre mondiale, protégé ou caché un ou une Juive, les soustrayant ainsi aux griffes impitoyables des nazis, trop souvent aidés par des Français : gendarmes, policiers, LVF, miliciens…

Ces personnes – vous les retrouverez toutes et tous sur le site de l’AJPN – ont pris des risques importants pour sauver ainsi des vies humaines.

Ils ont mis en pratique le sens de ces deux mots : humanisme et universalité.

Ne jamais les oublier.

3 juillet 1940 : Le drame de Mers-el-Kebir

 

Comprendre

Pour comprendre les diverses facettes d’un drame humain qui a déclenché la colère chez maints Français, il convient en premier lieu de lire quelques passages choisis dans la Presse française sitôt le 3 juillet 1940, et ce dans la dizaine de jours qui a suivi.

Le Figaro du 13 juillet 1940 publiera, à la « Une », un bref article intitulé : « Un matelot de Mers el-Kébir nous dit… »

 « Dans le village, le bruit se répandit vite hier matin que durant la nuit des matelots de l’escadre de la Méditerranée, qui avaient été à Mers el-Kébir, étaient arrivés chez leurs parents qui habitaient là (…).

 « Vous étiez à Mers el-Kébir ?

– Nous étions en rade d’Alger au moment de l’ultimatum anglais. On a appareillé tout de suite. Nous sommes partis pour Mers el-Kébir. C’est alors que nous avons rencontré le « Strasbourg ». Nous arrivâmes trop tard pour livrer bataille. Alors, avec le Strasbourg, nous sommes allés à Toulon.

– Mais vous étiez partis pour vous battre contre les Anglais ?

– Si nous étions arrivés une heure plus tôt la bataille s’engageait. Et on aurait cogné dur et de bon cœur sous le coup de la colère, après ce que les Anglais venait de faire. Par la suite, dame, on a réfléchi. Se battre contre des amis de la veille, c’est dur. Je ne suis pas le seul à penser que le mieux serait d’en rester là».

Soudain, il s’interrompt et sursaute.

« Pourquoi est-ce que je vous raconte tout cela. Je ne sais qu’une chose. Je suis matelot, c’est la guerre et j’obéis aux ordres ». – A.W.

Plusieurs indices me font penser qu’il s’agit là d’une interview… fabriquée. Pas de nom de village. Le matelot parle au passé simple : c’est très peu vraisemblable. Les propos du marin rejoignent sur tous les points un article publié dans ce même quotidien, une semaine plus tôt, le 5 juillet. Comme s’il était indispensable d’illustrer ce premier article en mettant en évidence les idées suivantes :

  • Les Britanniques ont tiré sur des navires français et tué environ 1 300 marins. C’est terrible et je veux les venger.
  • C’est la guerre. Je suis un soldat, donc j’obéis aux ordres.
  • Hier, c’étaient nos amis, nos alliés, et ça fait réfléchir.
  • C’est tout réfléchi. Restons-en là. N’allons pas plus loin « .

Le Temps ,du 10 juillet, a adopté un ton différent pour avancer des idées plus tranchées. Comment comprendre que cette publication ait été à peu près la seule à trouver grâce aux yeux de Maurras et de l’Action française, presse d’extrême-droite antisémite et nationaliste ?

La défaite a été un choc. Philippe Pétain, et bien d’autres, l’expliqueront par « l’esprit de jouissance » né du Front populaire. Seront alors énoncées les idées de régénération de l’État, le nationalisme et la xénophobie. Ainsi naîtra le principe de Révolution nationale. Un ensemble auquel se rallieront les admirateurs du Maréchal, trop heureux, qu’ils étaient, de mettre à mal le Front populaire.

La Presse

Le Temps, sous la IIIe République aura plutôt joué le rôle de « journal officiel sans le nom ».

Il accueillera des « plumes » diverses, parfois contradictoires. Pour résoudre cette difficile équation – être une synthèse – le Temps acceptera « Vichy ». Les principes seront maintenus mais les idées s’accommoderont des circonstances, à savoir la Révolution nationale du Maréchal.

Alain-Gérard Slama a écrit [1] : « Au traumatisme de la défaite on peut attribuer dans une large mesure l’adoption par le Temps des premiers grands thèmes de la Révolution nationale et le fait qu’il ait dénoncé les mêmes ennemis que le gouvernement de Vichy. Au caractère officiel du journal se rattachent le soutien personnel qu’il apporta au gouvernement du Maréchal en la personne de son chef et de quelques-uns de ses ministres, et les projets de réformes qu’il sut parfois faire aboutir.

« A aucun moment, le journal n’a hésité sur l’opportunité du maintien du gouvernement français en métropole et sur la nécessité de l’armistice. Dès le 22 juin 1940, un article intitulé « La terre de France » insistait sur le devoir du gouvernement de rester en métropole. « C’est là qu’est le foyer de la Patrie, c’est là qu’ont rayonné dans le monde entier la lumière, la pensée, l’âme françaises ».

Le 23 juin, le journal reprendra à son compte l’une des causes de notre défaite définies par le Maréchal : « trop peu d’enfants » … Le 25 juin, il demandera « travail, discipline, silence ».

La déclaration de Marcel Peyrouton

Quant au Petit Marseillais du 11 juillet 1940, il publiera une déclaration de Marcel Peyrouton [2],  Résident général en Tunisie :

« Je puis vous dire, croyez-moi, que depuis longtemps, certains d’entre eux attendaient dans l’amertume de leur âme, la trahison britannique.

 « De l’attentat d’Oran (il s’agit de Mers el-Kébir) permettez-moi de ne rien dire. Il fut prémédité et lâchement perpétré. Il a terni l’honneur d’un pays dont tous les Français aimaient certains aspects de grandeur.

  • 1300 des nôtres furent assassinés
  • Incontestablement la politique du poignard dans le dos s’étend chez ceux mêmes qui la condamnèrent.

 « La France se relèvera. Il suffit que chacun travaille à la tâche que lui a fixé son destin, qu’il se sente solidaire du pays dans l’espace et dans le temps : que renaissent les préceptes fondamentaux sans lesquels il n’y a que confusion, dégénérescence, ruine, déshonneur, les notions éternelles : le labeur ordonné et continu, l’esprit d’économie, la patience, la stabilité, le nationalisme sans étroitesse, la renaissance de l’esprit de grandeur, du caractère contre la facilité profitable, de l’homme contre la coterie de la culture personnelle, profonde, organique, contre le psittacisme [3] des parvenus du diplôme.

 « Ainsi donc, il aura fallu que l’ennemi fauchât notre pure jeunesse, nous écrasât malgré notre héroïsme ancestral, en 44 jours, nous jetât dans le gouffre pour que l’opinion publique, enfin alertée dans sa volonté de résurrection, admit la révision de nos valeurs, celle de nos institutions, le rejet préjudiciel de la notion la plus nocive de toutes, celle faussée de parti, génératrice de haine, de verbalisme, d’agitation permanente, de marchandage, d’exploitation.

 « Le jeu des rhéteurs est depuis fort longtemps soupesé par les clairvoyants et seulement entretenu par les profiteurs, ainsi que les fausses générosités sont la forme la plus basse du mensonge et de la désagrégation nationale. La leçon portera. Les coupables paieront quelque soin qu’ils mettent à donner pour l’heure des gages de ralliement.

« La France d’abord, exclusivement, toujours. (…)

 Nous retrouvons, dans cette déclaration de Peyrouton, avec ses phrases grandiloquentes, un thème cher à Hitler : le coup de poignard dans le dos. Ainsi que tous ceux du Maréchal Pétain : la notion faussée de parti génératrice de haine, le verbalisme, l’agitation permanente, les profiteurs, les fausses générosités, la désagrégation nationale…

Darlan et la Royale

Sous le commandement de l’amiral Darlan depuis 1937, la Marine nationale a pour mission d’assurer le contact avec les territoires de l’empire colonial, rechercher et détruire les flottes ennemies et mener une guerre de course contre les convois marchands ennemis.

À l’entrée de la seconde guerre mondiale, la flotte française – la Royale – est une des plus puissantes du Monde. En juillet 1940, une partie de la flotte se trouve à Toulon, une autre à Alexandrie, une autre encore à Mers el-Kébir, à 6 kilomètres à l’Ouest d’Oran. Quant à la flotte sous-marine française, elle est la plus importante du monde.

En mai 1940, l’armée anglaise avait été prise comme dans une nasse à Dunkerque. Ses troupes et une partie des soldats français avaient embarqué sous les tirs ennemis pour rejoindre le Royaume-Uni.

Les accords interalliés prévoyaient qu’aucune paix séparée ne pouvait être signée par l’une des parties qu’avec l’accord de l’autre partie. Le 16 juin, la France reçoit un télégramme de Londres : l’armistice ne pourrait être conclu qu’à la « seule condition que la flotte française soit immédiatement dirigée sur les ports britanniques en attendant l’ouverture des négociations ».

Une exigence tout à fait compréhensible. Le Royaume-Uni n’avait-il pas envoyé bon nombre de ses enfants combattre l’Allemagne hitlérienne sur les terres de France ? Les Britanniques n’avaient-ils pas « accompagnés » nos troupes lors des meurtriers combats sur la Somme, durant la Grande Guerre ?

Le 22 juin 1940, les représentants de la France signent l’armistice avec le Reich nazi. Les conditions sont rudes pour la Marine. L’article 8 exige que la flotte française, bien qu’invaincue, soit désarmée. Les Britanniques n’ont pas été consultés. Pétain aura pris seul sa décision. A l’exception de quelques proches, qui pouvaient à cette funeste et dramatique nouvelle ?

Anglophobie

Depuis de nombreux siècles existait un contentieux entre la France et l’Angleterre. L’anglophobie s’était durablement établie dans les esprits. L’Entente cordiale, initiée au XIXe siècle, était officialisée depuis le 8 avril 1904. En réalité,il ne s’agissait pas d’une alliance, mais d’un simple accord destiné à aplanir les différends coloniaux entre les deux ennemis héréditaires.

Néanmoins, la haine de l’Anglais perdurait. Pierre Laval en étant son emblématique représentant. Il n’était pas le seul. Le bras droit du Maréchal entrera un action, n’omettant jamais de rappeler que le Royaume ennemi restait notre plus perfide ennemi et que la mauvaise action perpétrée contre la France constituait la plus perfide démonstration de sa haine de notre pays. Il tenait beaucoup à ce que deux décennies plus tard, on répétât : « C’est grâce à la clairvoyance de Laval que notre pays a été sauvé »

Lorsque la France signera l’armistice à Rethondes, elle trahira son engagement : elle devait préalablement demander l’accord des Britanniques. De surcroît, elle ne prendra aucune précaution pour sa flotte… qui restera au mouillage dans différents ports de la Méditerranée. Si l’on ajoute à cela que les clauses (humiliantes) de l’armistice ne seront pas transmises avant signature aux Britanniques – elles le seront à posteriori – on comprend l’inquiétude de Winston Churchill lorsqu’il découvrira l’article 8 de la convention qui stipule que la France doit désarmer sa flotte et lui faire regagner ses ports d’attache… dont les 2/3 sont situés en zone d’occupation allemande ou italienne.

L’une des premières qualités de Churchill est le fait qu’il ait très vite compris les intentions réelles du führer. Il aura été un des très rares dirigeants européens à avoir lu une traduction intégrale de Mein kampf. Et à comprendre que cet Adolf Hitler était un homme froidement déterminé à faire aboutir ses idées.

N’oublions pas que, lorsque le maréchal Hindenburg, qui présidait aux destinées de l’Allemagne, aura proposé à Hitler le fonction de Chef de gouvernement, peu de personnages politiques allemands s’en inquiéteront. Les principaux leaders échangeront alors des propos… rassurants, affirmant que le nouveau chancelier ne ferait pas ce qu’il proclamait et qu’il ne serait qu’un jouet entre leurs mains. Moins d’un mois plus tard, ils changeront d’avis mais ce sera trop tard : la redoutable machine nazie écartera ou écrasera toute opposition, toute contestation.

La Royal Navy était la plus puissante du Monde, certes. Mais que ferait-elle face à une flotte réunissant les marines allemande, italienne et française ? De plus, le « vieux lion » n’aura aucune confiance en l’amiral Darlan. « Ce personnage soutient Philippe Pétain et, jamais, il ne donnera l’ordre à ses navires de combattre aux côtés des forces alliées« , pensait-il en substance.

Churchill et l’opération Catapult

Churchill prendra très vite sa décision : neutraliser les forces navales françaises. Pacifiquement bien entendu. Mais si les amiraux se soustraient à la demande britannique, il faudra employer la force.

Nous le savons désormais : ni l’amiral Darlan, ni le général Weygand n’avait l’intention « …de livrer à l’ennemi une unité quelconque de notre flotte de guerre ». Ce que de Gaulle précisera à Churchill en ces termes : « La flotte ne sera jamais livrée, d’ailleurs, c’est le fief de Darlan ; un féodal ne livre pas son fief. Pétain lui-même n’y consentirait pas ». Des unités en construction ou en réparation seront détruites.

Le 27 juin, Churchill, qui ne croira guère aux assurances données par le gouvernement français, décidera, dans le plus grand secret, de mettre « hors d’état de nuire » la marine française. Tout en tentant de la rallier aux Alliés. Ce sera l’opération Catapult.

Déjà, les quelques navires français sur rade au Royaume-Uni et à Alexandrie seront neutralisés sans heurts.

Ce 3 juillet 1940, les bâtiments français de la Méditerranée, sont amarrés dans la rade de Mers el-Kébir : le porte-hydravions Commandant Teste, les cuirassés Bretagne et Provence, les croiseurs Strasbourg et Dunkerque, des contre-torpilleurs, des sous-marins… Sont réunis là les meilleurs navires de la flotte française. A leur tête, sur le Dunkerque, l’Amiral Marcel Gensoul… Parmi les « pachas » qui commandent les navires, un certain Edmond Tilger, le grand-oncle de notre ami Marie-Paule L. Il est prévu de démobiliser dans quelques jours. Hitler n’a pas exigé de la France qu’elle livre tout ou partie de sa flotte aux Allemands.

Tout du moins… pour l’instant. Nous savons que le führer transgressera régulièrement les termes de l’armistice du 22 juin…

Churchill rencontrera des oppositions au sein de son cabinet de guerre. Lord Halifax conservent l’espoir de négocier avec Hitler par l’intermédiaire de Mussolini ! Pour Winston Churchill, l’attaque de Mers el-Kébir présente deux avantages : il enlève aux Allemands la possibilité de s’emparer des navires et il fait comprendre au führer qu’il n’y aura jamais d’entente avec lui et les Vichystes [4]. De surcroît, il prouve aux Américains et à son Président Roosevelt qu’il est déterminé à poursuivre les combats pour terrasser Hitler et les nazis. En même temps, il montre à Pétain et son entourage la même détermination car il n’exclut pas non plus une possible entente de la France de Vichy avec le Reich. Il ne se trompait guère, car, quelques mois plus tard, le maréchal Pétain engagera notre pays dans la voie de la Collaboration. Une France qui était déjà engagée dans cette voie… depuis le 22 juin. La signature française à Rethondes ne peut-elle pas être considérée comme une forme de collaboration… déjà (trop) bien construite ?

À Gibraltar, l’amiral Somervile reçoit un câble de son Premier ministre : « Vous êtes chargé de l’une des missions les plus désagréables et les plus difficiles à laquelle n’ait jamais été confronté un amiral britannique ».

En effet, ce n’est pas de bon gré que l’amiral britannique partira vers Mers el-Kébir.  Il va tout tenter pour éviter l’affrontement…

Les combats

Mers el-Kébir, le 3 juillet 1940, dans la soirée

Le 3 juillet au matin, l’amiral Somerville se présentera devant la rade de Mers el-Kébir, à la tête d’une puissante flotte de guerre.

Le capitaine Cedric Holland, plénipotentiaire anglais, se rendra auprès de l’amiral français Marcel Gensoul, sur le croiseur Dunkerque.  Il lui offrira 4 possibilités :

  • Le ralliement de la flotte française à la Royal Navy.
  • Appareiller vers un port britannique
  • Appareiller vers un port des Antilles françaises
  • Se saborder

Gensoul était un homme orgueilleux. Il n’appréciera guère le fait qu’un simple capitaine britannique soit venu parlementer avec lui. Lui présenter, en quelque sorte, un ultimatum. Il enverra le contenu de celui-ci à son supérieur… en omettant certaines possibilités. Pourquoi ? Oubli ? Acte volontaire ? La réponse arrivera très vite: « Battez-vous ».

Les discussions traîneront en longueur. Durant celles-ci,  les Anglais capteront un message de l’amiral Darlan au vice-amiral Gensoul. Il lui sera indiqué que les escadres de Toulon et d’Alger se portent à son secours ! Somerville comprend alors qu’il lui faudra combattre…

À 17 h 30, il fait savoir à l’amiral Gensoul que son ultimatum arrive à expiration. Les négociations s’interrompront et Holland rejoindra la flotte anglaise.

Un peu avant 18 heures, les Anglais ouvriront le feu sur le Dunkerque, le Strasbourg, le Provence et le Bretagne [5], ainsi que sur la quinzaine de contre-torpilleurs, les sous-marins etc. Le Bretagne sera touché après quelques minutes de combat. Il coulera, entraînant 977 marins français dans la mort. Après 36 salves, les tirs cessent.

Le 6 juillet, des avions anglais endommagent gravement le Dunkerque. Finalement, le bilan est très lourd : 1297 marins auront été tués. On pourra ajouter 350 blessés environ.

Les Britanniques constatent que le Strasbourg et trois contre-torpilleurs, dissimulés par la fumée des combats, ont pu franchir le barrage de mines. Ils regagnent Toulon. Quelques semaines plus tard, le Provence et le Dunkerque rejoindront cette rade à leur tour.

Les députés anglais, informés de l’opération Catapult, seront rassurés et feront une ovation à Churchill.

La brutalité de l’attaque et les morts français réactiveront l’anglophobie en France. Les partisans d’une cohabitation avec l’occupant allemand en tireront profit. La Presse insistera pour montrer que les Britanniques sont des meurtriers…  Et qu’il faut faire confiance au Maréchal.

Le Petit Marseillais, le 4 juillet 1940, titre en première page :

           Une importante force navale anglaise

  S’est présentée hier matin devant la base d’Oran

         Où était mouillée une escadre française

Sommé par l’amiral britannique de se rendre ou de saborder ses navires dans un délai de six heures, l’amiral Gensoul refusera.

A 17 h 40, la flotte britannique bombarder les bâtiments français

Le gouvernement français de Vichy donnera l’ordre aux unités qui se trouvaient aux côtés de navires anglais en rade d’Alexandrie d’appareiller et de prendre le large au besoin par la force. De plus, tous les navires français recevront l’ordre d’arraisonner les bateaux marchands britanniques.

La Presse, de nouveau

Viendra ce communiqué officiel : « Devant cette agression d’autant plus odieuse qu’elle était commise contre l’alliée de la veille, l’amirauté française a immédiatement enjoint à toutes ses unités de guerre, se trouvant en haute-mer (…) de répondre par le feu à toute nouvelle agression des bâtiments de guerre anglais ».

Le Figaro, le 5 juillet, annoncera à la « Une » :

« Le Conseil des ministres a décidé de rompre les relations diplomatiques avec l’Angleterre »

Le 6 juillet, le Figaro publiera un communiqué de l’amiral Darlan. Il félicitera les marins et poursuivra comme suit :

« Pourquoi ces chefs britanniques ont-ils agi de la sorte ? Le prétexte invoqué est d’empêcher la flotte française de tomber aux mains de l’Allemagne et d l’Italie.

« Ces messieurs de Londres seraient-ils plus Français que nous ? Le maréchal Pétain a demandé à nos adversaires un armistice dans l’honneur. Ils nous l’ont accordé. Les conditions en sont dures mais non déshonorantes [6].

« En ce qui concerne la flotte, en particulier, ils ont nettement spécifié qu’elle resterait française et ne serait pas employée à combattre nos anciens alliés ».

Quelle naïveté dans ces paroles de Darlan !                                                                        

Ce même organe de Presse, dans un article intitulé Les conséquences d’un geste écrit, le 5 juillet :

« Ce qu’il y a de plus pénible dans l’affaire de Mers el-Kébir, c’est qu’elle ajoute une victoire morale à celle des armes. La grande idée politique de l’Allemagne a été de nous séparer de l’Angleterre. Ce que sa diplomatie n’avait pu faire, ni sa propagande, des événements, où les Allemands n’ont aucune part, viennent de l’accomplir. Après dix mois de lutte côte à côte, les Alliés d’hier se séparent. Stuttgart peut se vanter d’avoir eu la langue de Cassandre.

Ce qu’il faut éviter, c’est que cette rupture ne tourne au divorce d’époux hargneux. Évitons, de part et d’autre, de faire surgir du passé des griefs qui n’ont pas été formulés en leur temps. Pensons que chacun des gestes que nous faisons aujourd’hui, chacun des mots que nous disons, s’inscrit dans l’Histoire. Il faut que celle-ci puisse écrire un jour que nous avons été à la hauteur des épreuves que nous traversons. Le geste de l’Angleterre était dicté par le souci de sa sécurité. La nôtre par celui de notre honneur. Ce qui fait le tragique de ce conflit, c’est qu’il est celui de deux forces qui ont raison en même temps ».

L’armée allemande occupera Paris à compter du 14 juin. Lorsque les troupes allemandes entreront dans la Capitale, la rédaction du Figaro se sera déjà exilée. A Bordeaux d’abord. Puis à Clermont-Ferrand.

L’éditorialiste sera un peu plus libre que s’il écrivait son article à Paris même. Il avancera cette idée : « les Britanniques agissent ainsi car ils sont dans l’absolue nécessité de

Winston Churchill

garantir leur sécurité. Cela guide leurs décisions. Comme les Ministres vichystes ont approuvé le comportement de Gensoul – évidemment, l’ordre de combattre Somerville est venu du Maréchal et de Darlan – qui aurait alors avancé : « Gensoul a pris une décision stupide. Il a rejeté les Anglais et choisi son camp… celui du gouvernement de Vichy qui a déjà collaboré avec le Reich nazi en signant l’armistice à Rethondes le 22 juin » ?

Quant au reste de la Presse, elle se contentera de reproduire les communiqués officiels.

La Presse helvétique apportera son soutien à la France et applaudit au fait qu’elle avait repoussé les demandes de Churchill.

La Liberté de Fribourg traitera l’affaire de Mers el-Kébir de profondément odieuse : « Monsieur Churchill peut être certain que la postérité ne lui fera pas un titre de gloire de cette agression qui a atteint en plein cœur le peuple français. L’ultimatum adressé par les Anglais à l’amiral Gensoul aurait équivalu, s’il avait été accepté, pour tout soldat français, à une désertion ou une trahison (…). Le gouvernement français ne pouvait pas agir autrement qu’il l’a fait ».

Les Suisses avaient déjà accordé leur pleine confiance à Pétain et Vichy. Pour eux, Churchill avait été odieux. Les Helvètes sont déjà prêts, eux aussi, à entrer dans la voie de la collaboration, et ce malgré leur (soi-disant) neutralité. Les recherches historiques ont montré combien les grandes Banques suisses ont contribué à l’effort financier du Reich, pour s’équiper militairement.

Obéir… vraiment ?

Comme une semaine plus tard, le 10 juillet, l’Assemblée nationale issue des élections de 1936 et du Front populaire sera réunie à Vichy [7], elle votera à une écrasante majorité les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain. Lequel convertira ce vote en… pleins pouvoirs.

Le vice-Amiral Gensoul a considéré qu’il devait être légaliste. Pour cela, il lui fallait obéir aux ordres de Pétain et de Darlan.

Et s’il avait eu le courage et l’intelligence de rejoindre, avec ses navires, les plus beaux fleurons de la Royale, les ports du Royaume-Uni ? Ou les Antilles françaises ? Plutôt que de retirer aux Alliés une partie de la flotte française…

Ajoutons que, la 27 novembre 1942, la flotte française en mouillage en rade de Toulon, se sabordera pour échapper à l’armée allemande arrivée dans le port.

Mers el-Kébir aura été une « immense tragédie grecque » pour reprendre les mots de Winston Churchill.

Plus de 1300 marins français sont morts. C’est terrible ! Autant de familles touchées par ce drame. Tout un pays choqué et bouleversé. La logique implacable des combats.

La question était : fallait-il collaborer ou combattre ?

Des Français, écœurés par le discours du Maréchal le 17 juin, ont choisi l’honneur : défendre coûte que coûte notre pays. Les uns en rejoignant la France Libre, les autres en œuvrant dans la Résistance.

La tragédie de Mers el-Kébir pouvait, sans doute, être évitée.

Gensoul et Vichy ne pouvaient-ils pas choisir une autre voie ? Et éviter le déshonneur…

                                                                                                      Bernard Charon

———————————-

[1] / Alain-Gérard Slama, Un quotidien républicain sous Vichy : Le Temps (juin 1940 -novembre 1942), Revue française des Sciences politiques, n° 22-4, année 1972, pp 719-749

[2] / Il deviendra ensuite Ministre de l’Intérieur (gouvernement de Vichy). Puis il ralliera le général Giraud .

[3] / psittacisme : le fait de répéter quelque chose comme un perroquet en raisonnant sans comprendre le sens des mots que l’on utilise ; en partic. récitation mécanique de mots, de phrases, de notions dont le sens n’a pas été compris ou a été mal assimilé (définition empruntée au CNRTL).

[4] / Hitler avait envisagé deux hypothèses :

  • Envahir le Royaume-Uni.
  • Faire alliance avec les Britanniques pour combattre les « bolcheviks » de l’Union soviétique et cela l’aiderait bien à conquérir des territoires en Russie… qu’il convoitait pour créer un nouvel espace vital pour la population allemande.

[5] / des cuirassés.

[6] / Les partisans de la signature sont dans le déni lorsqu’ils disent que les conditions ne sont pas déshonorantes.  Pour qui connaît les clauses acceptées et signées, ils savent combien l’attitude française a été lâche. Par exemple : livrer aux nazis tous les Allemands réfugiés en France. Quelle horreur ! Pour qu’ils soient tous massacrés…

[7] / Elle est incomplète.

Rachel Salmona, une histoire juive

Rachel Salmona, Une histoire juive, Antisémitisme, Persécutions, Extermination

Le 16 janvier 1943, un samedi, les élèves de la classe de Madame Graville travaillent studieusement sous la direction de leur institutrice. Nous sommes à l’école de filles du Tréport, petite ville portuaire de la Manche, à l’embouchure de la Bresle. Parmi elles, Josette, 9 ans, deviendra la belle-sœur de l’auteur. Et Rachel Salmona, une petite juive.

« Si l’on n’interdit pas aux commerçants israélites de s’installer à Cherbourg, on sera obligé de porter des vêtements qui sentent la race fétide de Judas » ! C’est ce qu’écrivait un lecteur d’un journal catholique, la Croix de la Manche, le 15 juin 1898. En pleine affaire Dreyfus…

On frappe à la porte de la classe… et des hommes entrent brusquement. Les gendarmes de la ville d’Eu. Pour Josette, c’était un brigadier de police du Tréport… Une certitude : ce sont des Français qui ont arrêté Rachel !

Les élèves s’interrogent. Rachel est une gentille petite camarade. Pourquoi vient-on l’arrêter ? Madame Graville embrasse Rachel, les larmes aux yeux. Ce que les élèves ne savent pas, c’est qu’une décision a été prise au niveau de la Préfecture et de la kommandantur à Rouen. Pourquoi ?

Dans son ouvrage, l’auteur a voulu contextualiser l’événement, parler de l’antisémitisme, des persécutions et de l’extermination. Et de la façon dont Rachel et sa famille ont été persécutées et éliminées.

M. Jean Garraud, alors Maire du Tréport, a découvert l’existence de Rachel lors d’un voyage à Auschwitz. Dès son retour, il a convaincu le Conseil municipal de donner le nom de Rachel Salmona au Collège du Tréport.

Une question reste entière : comment des êtres humains ont-ils pu concevoir l’élimination d’un pan de l’humanité ?

Rachel Salmona, Une histoire juive, Antisémitisme, Persécutions, Extermination. Éditions du Scorpion brun, format A4,144 pages, ISBN n° 979-1-0925-5926-2, prix : 14 €

Le russe blanc de Yainville devant les juges

25 mars 1896, à Repiovska, près d’Odessa, en Russie, naît le petit Jean Iliine. En 1914, il s’engage dans l’armée russe pour combattre les Allemands. Il est promu capitaine en 1916.

1917 ! Les révolutions russes ! Jean Iliine reste fidèle au Tsarisme. Avec l’armée blanche des Volontaires ». Leur but ? Éradiquer les rouges, ces bolcheviks fauteurs de troubles et criminels (selon eux). Les combats sont atroces. On ne fait pas de prisonniers… on les massacre pour s’en débarrasser. Ces années de terreur font des millions de morts, les rouges ou les blancs. Et parmi les populations qui ont subi la guerre, les exactions, les épidémies et la famine…

L’armée blanche se réfugie en Crimée. La Turquie envoie des navires recueillir les soldats en déroute et leurs familles. Environ 550 000 Russes « blancs » partent ainsi de Russie.

Jean Iliine séjournera-t-il en Turquie ? Pourquoi est-il arrivé à Marseille ? Pourquoi est-il envoyé à Yainville, en Seine-Inférieure, par son patron  ?

Entre-temps, Jean rencontre Olga Firsk (ou de Firsk), une Russe blanche, qui parle 6 langues. Ils ont un enfant qui décède très vite, se marient et ont un second enfant, prénommé Vladimir.

À Yainville, le couple et Vladimir s’installent rue de l’Essart, dans une maison appartenant à la famille Cauchois [1]. Olga est très dépensière. Sans doute un train de vie qui était le sien jadis en Russie… Elle n’arrive pas à y renoncer totalement.

Jean travaillera pour les Allemands à partir de 1942 ? Et portera même un uniforme allemand ? Il a aussi travaillé en Allemagne…

La Libération arrive enfin. Jean Iliine se retrouve devant la Cour de Justice de Rouen. Répondra-t-il sincèrement à toutes les questions <,

« J’espérais le retour d’un Tsar en Russie, déclarera-t-il. Je voulais l’élimination du bolchevisme. Les Allemands combattaient les bolcheviks. Donc je les soutenais ».

Quel sera le verdict de la Cour de Justice de Rouen ?

Après le temps de l’épuration sauvage, était donc arrivé celui de l’épuration légale ou judiciaire. « Objet de grands espoirs, l’épuration est vite devenue une déception pour l’opinion, doublée d’une source d’embarras pour les pouvoirs publics, pris entre la logique de justice et de rétablissement de l’État de droit, et la nécessité de retisser le lien social et de favoriser le pré-démarrage de l’économie [2] »

Le Russe blanc de Yainville devant les juges. Éditions du Scorpion brun, 2017, 40 p, 6,50 €.

[1]  Information communiquée par Madame Cauchois, ancienne factrice de Yainville… et ancienne mère d’élèves. C’est la belle-fille du couple Cauchois alors propriétaires de la maison louée aux Iliine.

[2]  Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon, Dictionnaire de la France sous l’Occupation, Larousse, 2011

Un américain à Ouerre

Un Américain à Ouerre

Les rencontres improbables de Ted Stablein et de Georges Geffroy dans le contexte de la seconde guerre mondiale

 

Nous sommes en mars 1943, au Tréport, petit port haut-normand, près de la Picardie, à l’embouchure de la Bresle. La France a été découpée en zones : zone nord (occupée) et zone sud (non occupée). Il existe aussi la zone côtière interdite, de 10 à 30 km de profondeur, longeant le Mur de l’Atlantique. On ne peut ni en sortir ni y entrer, sauf autorisation très spéciale. L’auteur, à peine 7 ans, est domicilié au Tréport avec ses parents et Michel, son frère aîné.

Les Allemands redoutent un débarquement allié. Les Français de la zone côtière interdite doivent partir. Le petit Bernard, son frère et leur mère se retrouvent à Ouerre, en Eure-et-Loir.

Le 6 juillet, après le dîner, Bernard s’attarde devant la porte de la cuisine…  Arrive sur lui un bombardier qui dégage une épaisse fumée noire. Il se redresse un peu et passe juste au-dessus du toit, pour toucher le sol un peu plus loin ! Un peu plus tard, devant le portail d’entrée, arrive une voiture allemande et deux jeunes gens venant de Charpont. Contrôles. Interrogatoire. L’un des deux est Georges Geffroy, un habitant du pays. L’autre n’est pas connu.

…Le 16 août, tôt le matin, un bruit étrange se fait entendre devant le portail d’entrée. On parle anglais… Les Américains ! La Libération ! Ce même jour, un homme que nous ne connaissons pas apparaît dans la rue principale du village. Il parle avec un accent américain prononcé. Qui est cet homme ? Que fait-il ici ?

L’auteur a longuement enquêté sur cet événement, interrogeant plusieurs Oréens, consultant des notes écrites, des lettres et des documents transmis par le petit-fils des Guille, un couple d’agriculteurs et résistants (de la ferme de Mérangle). Qui était ce mystérieux américain rencontré le 16 août ? Pourquoi parler de Georges Geffroy ?

L’auteur est retourné deux fois à Ouerre. Rencontres avec M. et Mme Luder, Mme Courcoux et Mme Colas, fille de Georges. Le livre a été présenté aux Oréens. Que d’émotions !

Éditions Le Scorpion brun, 2017, format A4, 68 p, ISBN n°979-1-0925-59-22-4.

Prix : 10,00 €

COMMANDER LE LIVRE

Jumièges à l’aube de la révolution

Jumièges à l’aube de la Révolution, Autour des cahiers de doléances de 1789

 

C’est bientôt la fin de l’Ancien Régime, celui des Rois. Depuis la mort de Louis XV, détesté par presque tous, Louis XVI règne et comme tous ses prédécesseurs, il confond les finances du Royaume… et les siennes. Il a épousé Marie-Antoinette, venue de la cour d’Autriche et que beaucoup détestent. Le grand tort de Louis XVI ? Trop écouter la Cour et tergiverser.

Les disettes usent le peuple. Le renvoi de Necker, principal ministre, est très mal accueilli.  Aurait-il tenté de redresser les finances de la France en imposant les privilégiés ? Le prix du pain augmente et finit par manquer. Le peuple a faim et paie beaucoup d’impôts. Il exige du pain… et des réformes.

Ce XVIIIe siècle, appelé le siècle des Lumières, car les idées nouvelles sont séduisantes, a aussi apporté son lot d’erreurs, de condamnations au nom de la défense de la foi catholique et du Roi.

Le 5 juillet 1788, Louis XVI demande à ses sujets de se concerter et de lui envoyer des mémoires, des renseignements et des éclaircissements sur la possible réunion d’États généraux… qui n’avaient pas été convoqués depuis près de 175 ans. À Jumièges, comme dans les autres paroisses, des hommes (les « comparant ») se réunissent, informés par le Curé, qui leur a lu l’ordonnance du Roi. Ils rédigent des cahiers de doléances. Religieux et prêtres sont priés de prêter serment de fidélité à la nouvelle Constitution. Les uns, les assermentés ou jureurs, le feront volontiers. D’autres, les insermentés ou réfractaires, refuseront et, pour beaucoup, se cacheront.  

Jumièges est surtout connu pour son abbaye. « La plus belle ruine de France, disait Victor Hugo ». Vendue comme bien national, qu’adviendra-t-elle ?

L’auteur, s’appuyant notamment sur les Archives et les Cahiers de doléances de la Paroisse de Jumièges, présente l’événement, « vu de Jumièges ».

Éditions Le Scorpion brun, format A4, 52 p. ISBN n° 979-1-0925-5911-8, Prix 9 €.

On peut passer commande en écrivant à Bernard Charon, 1832 rue du moulin, 76480 Jumièges, tél. 02 35 37 25 89.

Frais de Port : 4,80 € pour 1 livre, 6 € pour 2 livres, 7,50 € pour 3 livres et plus.

Chèque à ordre de : Bernard Charon

Paiement en espèces possible. Ne jamais envoyer d’espèces par La Poste.

 

 

 

 

 

 

 

Jumièges à l’aube de la Révolution, Autour des cahiers de doléances de 1789

C’est bientôt la fin de l’Ancien Régime, celui des Rois. Depuis la mort de Louis XV, détesté par presque tous, Louis XVI règne et comme tous ses prédécesseurs, il confond les finances du Royaume… et les siennes. Il a épousé Marie-Antoinette, venue de la cour d’Autriche et que beaucoup détestent. Le grand tort de Louis XVI ? Trop écouter la Cour et tergiverser.

Les disettes usent le peuple. Le renvoi de Necker, principal ministre, est très mal accueilli.  Aurait-il tenté de redresser les finances de la France en imposant les privilégiés ? Le prix du pain augmente et ce dernier finit par manquer. Le peuple a faim et paie beaucoup d’impôts. Il exige du pain… et des réformes.

Ce XVIIIe siècle, appelé le siècle des Lumières, car les idées nouvelles sont séduisantes, a apporté son lot d’erreurs, de condamnations au nom de la défense de la foi catholique et du Roi.

Le 5 juillet 1788, Louis XVI demande à ses sujets de se concerter et de lui envoyer des mémoires, des renseignements et des éclaircissements sur la possible réunion d’États généraux… qui n’avaient pas été convoqués depuis près de 175 ans. À Jumièges, comme dans les autres paroisses, des hommes (les comparants) se réunissent, informés par le Curé, qui leur a lu l’ordonnance du Roi. Ils rédigent des cahiers de doléances. Religieux et prêtres sont priés de prêter serment de fidélité à la nouvelle Constitution. Les uns, les assermentés ou jureurs, le feront volontiers. D’autres, les insermentés ou réfractaires, refuseront et, pour beaucoup, se cacheront.  

Jumièges est surtout connu pour son abbaye. « La plus belle ruine de France, disait Victor Hugo ». Vendue comme bien national, qu’adviendra-t-elle ?

L’auteur, s’appuyant notamment sur les Archives et les Cahiers de doléances de la Paroisse de Jumièges, présente l’événement.

Éditions Le Scorpion brun, format A4, 52 p. ISBN n° 979-1-0925-5911-8, Prix 9 €.