1940 – 1944 – Résistance et répression – Le Tréportais Gilbert Testelin – Un policier en résistance

Découvrez en avant-première le nouvel ouvrage de Bernard Charon, ainsi qu’un bon de souscription à prix réduit (17,90 euros, au lieu de 19,70 euros) valable jusqu’au 30 juin 2019.

1940 – 1944
Le Tréportais Gilbert Testelin
Résistance et répression
Un policier en Résistance
ISBN n° : 979-10-92559-31-6 – Format A 4, 204 pages, Prix : 19,70 €
Édité par l’Atelier du Scorpion brun
En souscription au prix de 17,90 € jusqu’au 30-06-2019

Nous sommes à la fin du mois d’Août 1944. Au Tréport et dans les environs, la soldatesque allemande recherche Gilbert Testelin. Pour le remercier juste avant la Libération du Tréport ? Non… pour le fusiller ! Ils ne le trouveront pas grâce à un heureux concours de circonstance.

Gilbert, après un concours réussi, était devenu inspecteur de police au Tréport. En 1942, nouveau concours réussi pour entrer dans la police nationale. Il est affecté aux Services spéciaux [les RG, les fameux Renseignements généraux] à Dieppe, à une trentaine de km du Tréport. Là, il a accès à des dossiers et renseignements tenus secrets. Va-t-il se taire ? Seconder servilement les nazis et les hommes de Vichy ? Non, il aurait eu trop honte… Sa décision est prise… il entre en contact avec divers Réseaux de Résistance…

Des Français ont choisi Pétain et sa Révolution nationale, faisant une totale confiance au maréchal. Certains s’engagent dans la LVF, d’autres deviennent Légionnaires. Les plus combatifs (les plus aryens !) s’engagent dans les Waffen SS. Un rude combat opposera Résistants et Vichystes, Résistants et nazis.

Comme certains ont (trop) bavardé, l’Occupant, stupéfait, découvre que Gilbert – qui était dans l’obligation de servir Vichy et les Allemands – avait divulgué des Renseignements… qui serviront la Résistance intérieure et la France libre à Londres. « Il faut le fusiller… » : la décision est vite prise car le Débarquement avait eu lieu le 6 juin et les Alliés se rapprochaient du Tréport et de la vallée de la Bresle.  

Grâce au fils de Gilbert et à l’épouse de ce dernier, domiciliés au Tréport, qui m’ont fourni divers précieux documents ; grâce aux Archives de la Seine-Maritime, qui ont bien complété ma documentation, j’ai pu, autant que faire se peut, reconstituer le parcours de résistant de Gilbert Testelin… et je vous explique la raison essentielle pour laquelle il est tombé dans l’oubli.

Tout en replaçant son action dans le contexte de ces années noires.

Bonne lecture.                                                                                     

      Bernard Charon